Observatoire des relations euro-méditerranéennes

Rassemblant des chercheurs de plusieurs disciplines, l’OREM entend mener une réflexion sur le sens d’événements et de processus en cours liés aux relations euroméditerranéennes. Il a pour vocation d’observer et d’analyser des dynamiques et enjeux euro-méditerranéens dans une perspective heuristique mais aussi épistémologique au sens où ces dynamiques et enjeux déterminent les objets et les analyses scientifiques. L’OREM entend inscrire aussi la recherche scientifique dans un cadre plus large par des collaborations avec des acteurs non-académiques, dans des lieux peu investis par la recherche universitaire en sciences sociales (centres décisionnels, entreprises, associations…). Animé par un souci permanent de diffusion de la connaissance et d’échanges, l’observatoire souhaite enfin mener en outre une action pédagogique en relation avec des formations partenaires.

Conférence du 21 mars 2017

 

 « Islam et Europe : entre passé et présent »

À l’Institut culturel italien de Marseille

L’Europe et l’Islam : reflet de nos crispations hexagonales, porteuse d’une nouvelle espérance démocratique ? La « question musulmane » est devenue aujourd’hui centrale au sein de notre société, au point de saturer les débats politiques, médiatiques  et intellectuels. Elle fonctionne de plus en plus comme un réceptacle de nos angoisses et de nos crispations nationales mais aussi de nos  espérances face à un avenir socioéconomique incertain. Toutefois, ce prisme hexagonal ne permet de saisir qu’une partie de la réalité. D’une part, parce que les débats passionnés autour de l’islam ne concernent plus exclusivement la France mais se jouent désormais à l’échelle européenne. D’autre part, parce que les musulmans eux-mêmes, s’ils sont devenus des acteurs à part-entière des sociétés  nationales (France, Allemagne, Italie, Belgique, Espagne …), se projettent de plus en plus dans l’espace européen. Ainsi, l’Europe apparait-elle à la fois comme un miroir grossissant des crispations  hexagonales mais aussi comme un espace porteur d’un nouveau projet sociétal, où les citoyens de culture et/ou de religion musulmane contribuent à l’invention d’une « nouvelle citoyenneté ». Réunissant des historiens, des sociologues, des intellectuels musulmans et des politologues venant de France, d’Allemagne et d’Italie, cette conférence-débat a pour objectif de réfléchir sur l’avenir de la « question musulmane » au sein de l’espace européen, en prenant du recul par rapport à l’actualité brûlante et en privilégiant une perspective sociohistorique.

La conférence se voulait un débat entre le public et quatre chercheurs réuni:

Franco CARDINI, historien et écrivain italien

Marina MONTESANO, universitaire et écrivaine italienne

Abdelssalem SOUIKI, intellectuel musulman, Marseille,

Vincent GEEISSER, chercheur au CNRS, Sciences Po Aix

 

 

 

Journée débats du 30 septembre 2016

 

« Migrations et citoyenneté dans l’espace euro-méditerranéen »

Cette manifestation s’est tenue dans le cadre de l’appel à projet « Citoyenneté méditerranéenne » de la région PACA. Elle s’est inscrite dans le prolongement de la journée d’études organisée à la Villa méditerranée le 26 mai 2015 sur la bi-nationalitée en Méditerranée. Coordonnée par Mauve Carbonell et Delphine Perrin, cette rencontre à la Villa Méditerranée a souhaité poursuivre et approfondir la réflexion et le débat sur la question de la citoyenneté en Méditerranée en l’associant au thème des migrations. L’enjeu était pour une part d’interroger l’impact de la « crise » des réfugiés et des migrants dans l’espace euro méditerranéen sur les sentiments et les formes d’engagements citoyens. Il était d’autre part d’adopter une perspective plus large permettant d’aborder les migrations dans leur différentes formes et temporalités sous l’angle de leur interaction et leurs relations avec les sociétés de l’espace euro-méditerranéen. Organisée par l’Observatoire des relations euro-méditerranéennes de la MMSH, en partenariat avec le Master d’études européennes d’Aix Marseille Université et le bureau régional du Parlement européen, la journée posait initialement les questions suivantes :

Face à la crise migratoire qui touche l’Europe et la Méditerranée dans son ensemble, quels sont les enjeux et défis de citoyenneté dans la région ? Dans quelle mesure les migrations affectent-elles la question de la citoyenneté dans l’espace euro-méditerranéen ? En Europe, ce sont à la fois la citoyenneté à l’échelle nationale et la citoyenneté européenne en tant que telle qui se voient engagées et questionnées par la crise migratoire. Que signifie la citoyenneté européenne aujourd’hui ?

À l’échelle des États, comment évoluent les représentations de la citoyenneté et les formes de mobilisation sociale lorsque l’arrivée de nouveaux migrants et réfugiés alimente les controverses culturelles et religieuses et ravive les difficultés de cohésion sociale ? En parallèle, au Sud de la Méditerranée, les migrations peuvent avoir contribué à la revitalisation d’une citoyenneté éteinte, autour de la défense des droits individuels et collectifs et l’émergence de nouveaux débats et terrains de revendications touchant notamment aux questions d’identité.

La première table ronde réunissait trois chercheurs dont les présentations se voulaient complémentaires:

Mehdi Alioua, enseignant-chercheur à l’Université internationale de Rabat (UIR) :
Migrations et citoyenneté en Afrique méditerranéenne
Vincent Geisser, chercheur à l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman) et directeur de publication de la revue Migrations Sociétés :
Le retour des héritiers de l’émigration/immigration sur les scènes publiques des sociétés du Sud : la pluri-appartenance comme vecteur de citoyenneté ici et là-bas
Dietmar Loch, professeur à l’Université Lille 1 :
Réactions nationalistes et populistes aux migrations en Europe

La seconde table ronde se voulait un « débat citoyen » entre le public et quatre intervenants :

Sylvie Guillaume, vice-présidente du Parlement européen, membre de la Commission parlementaire des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen,
Marie-Christine Vergiat, députée européenne, également membre de la Commission parlementaire des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen,
Alain Dumort, chef de la représentation régionale en France de la Commission européenne,
Sophie Beau, co-fondatrice et directrice en France de l’association SOS Méditerranée.

Table-ronde du 17 juin 2016

 

« De la réflexion à la décision:
recherches scientifiques et politiques migratoires européennes »

Chaque année, l’Ecole d’été du CHERPA, centre de recherche de Sciences Po Aix, réunit de jeunes chercheurs pour une semaine d’échanges autour de « fabriques de thèses », de conférences thématiques et tables-rondes. En 2016, l’Ecole d’été a porté sur : « Logiques, dynamiques et politiques migratoires en Méditerranée ». L’OREM y a proposé une table-ronde

« De la réflexion à la décision : recherches scientifiques et politiques migratoires européennes »

coordonnée par Mauve Carbonnell et Stéphane Mourlane. Quels sont les liens entre recherche en sciences humaines et sociales et pouvoir politique ? Comment les décideurs accèdent-ils aux travaux de la recherche et ces derniers influencent-ils le processus décisionnel? Qui sont les acteurs clés de la prise (ou non) en compte des productions scientifiques ? Le pouvoir politique faisant lui-même appel à la communauté scientifique pour trouver des éléments de réponses aux défis et enjeux migratoires du 21e siècle, comment le monde de la recherche réagit-il face à la commande institutionnelle ? Dans quelle mesure les appels à projets orientent-ils le travail des chercheurs ? Autant de questions qui avait pour objet d’ébaucher une réponse à la question centrale suivante : à quoi servent les travaux scientifiques sur les migrations ? Initialement prévue comme un temps d’échange entre chercheurs, acteurs institutionnels et doctorants, plusieurs défections de dernière minute ont finalement conduit à redéployer la séance en conférence-débat avec Catherine Wihtol de Wenden (directrice de recherche, CNRS, CERI-Sciences Po) à l’expertise reconnue. Les nombreux étudiants présents ont pu ainsi profiter de son analyse de la crise actuelle, mais aussi de son expérience des programmes de recherche européens (membre du jury de l’ERC) et de consultante pour divers organismes dont l’OCDE, la Commission européenne, le HCR, le Conseil de l’Europe.

Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence