Entre mémoire et histoire : comment faire monde commun ?

La troisième édition du Forum Franco-Allemand de la Méditerranée s’est ouverte le mercredi 4 mars dans l’Amphithéatre René Cassin de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en Provence.

Thierry Fabre, directeur du programme Méditerranée de l’IMéRA, Nino Galetti, directeur du bureau français de la Konrad-Adenauer-Stiftung, Fabian Meinel, directeur du Centre Franco-Allemand de Provence et, Philippe Aldrin, directeur du département de Science Politique de l’IEP d’Aix-en-Provence inaugurent cette troisième édition. Chacun rappelle l’importance de ce Forum, auquel l’OREM est associé, comme lieu d’échanges et de débats dont l’objectif principal est de créer des pistes de réflexion, des ponts entre les cultures qui viendraient nourrir ces relations. Pour cette 3e édition les discussions portent sur « Entre mémoire et histoire : comment faire monde commun ? « 

La table-ronde « Le rôle des lieux commémoratifs pour les démocraties » animée par Suzanne Canessa, journaliste au Journal Zibeline réunit Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles et Hubertus Knabe, historien et ancien directeur de la Fondation Berlin Hohenschonhausen. Tour à tour, ils évoquent le processus ayant transformé leur lieux d’histoire respectifs en des lieux de commémoration où la mémoire est reine. Alain Chouraqui insiste beaucoup sur l’utilité de ces lieux qui n’ont pas que pour fonction de rappeler des faits historiques, mais également et surtout d’éduquer à des problématiques plus globales et plus complexes telles que : comment l’homme fonctionne-t-il en société et par quels processus des sociétés humaines évoluent-elles vers le pire ? Cette question des processus conduisant des sociétés humaines vers le pire a d’ailleurs fait l’objet de la publication d’un « Petit manuel de Survie Démocratique ; Pour résister à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme » édité par la Fondation du Camp des Milles. Hubertus Knabe évoque la prison Hohenschonhausen, prison de la Stasi à Berlin fermée en janvier 1990 et transformée en lieu de mémoire. Il insiste sur la fonction de transmission des émotions, d’une ambiance que doit avoir un lieu de mémoire. Pour se faire, le lieu doit correspondre parfaitement à ce qu’il était avant, c’est là que se posent tous les problèmes logistiques de transformation d’un lieu en musée (caisses, fléchage d’issue de secours qu’il y avait pas avant mais obligatoire dans un musée etc..). Les visites guidées sont également faites par d’anciens prisonniers de cette prison. Nous avons donc là deux approches différentes mais complémentaires de la fonction d’un lieu de mémoire : l’une accès sur la pédagogie et l’éducation par la réflexion, l’autre qui se sert de l’émotion pour faire réfléchir les visiteurs aux questions du pourquoi et du comment.

La deuxième journée de cette troisième édition du Forum Franco-Allemand de la Méditerranée débute par une table-ronde animée par des étudiants du Master Euro-Méditerranée de Science Po Aix. Cette table-ronde introduite par Philippe Aldrin, rassemble Aude Signoles, maître de conférence à Science Po Aix et chercheuse au CHERPA, et Karine Michel, pour discuter de  » De la mémoire aux mémoires : les femmes, ces oubliées de l’Histoire ?« . L’élément central de cette table-ronde est la place des femmes dans les mouvements de résistance sous toutes ses formes (Première et Seconde Guerre mondiale, résistance algérienne, résistance palestinienne..) et surtout, la (non-)place qu’elles occupent dans les dynamiques mémorielles de ces résistances (mémoire des harkis en Provence..). Interrogées tour à tour par les étudiants sur les ressources mobilisées par les femmes durant la résistance, la question d’une mémoire des femmes ou encore la place des femmes dans les Sciences Humaines et Sociales, Aude Signoles et Karine Michel considèrent que le genre n’est pas la seule approche pertinente et doit être associé à d’autres prismes comme le prisme générationnel (la place des femmes dans les sociétés au début des années 1950 n’étant pas la même que dans les années 1990).

L’après-midi du jeudi 6 mars s’ouvre sur une autre table-ronde intitulée « Politiques de reconnaissance et modèles de réconciliation » et animée par Charlotte Noblet, journaliste franco-allemande avec Hubertus Knabe accompagné de Mariam Salehi, chercheuse au Centre de recherche en sciences sociales de Berlin (WZB), Stefan Seidendorf, politologue et directeur adjoint de l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg et, Karima Lazali, psychanaliste, enseignante à Paris et à Alger et auteure du livre « Le Trauma Colonial ». Hubertus Knabe revient sur son expérience dans la mise en place du lieu de mémoire de la prison d’Hohenschonhausen. Mariam Salehi évoque quant à elle la situation tunisienne et la notion de réconciliation dans la mise en place de nouvelles institutions et d’un nouveau régime avec notamment la création de la Commission sur la vérité et la dignité. Malgré cette initiative de l’Etat tunisien, le gouvernement ne reconnaît pas officiellement les souffrances des victimes qui n’ont pas été dédommagées bien qu’un Fonds fut créé à cette fin. Des faits qui illustrent la nature politique et l’importance du sujet de la mémoire et de la commémoration. Stefan Seidendorf et Karima Lazali examinent la question de la réconciliation entre deux Etats : France et Allemagne pour le premier et, France et Algérie pour la seconde. Stefan Seidendorf fait l’historique du processus de réconciliation franco-allemand en en détachant trois éléments structurants qui ont fait sa réussite : le rôle des grands hommes (Charles de Gaulle et Konrad Adenauer), le rôle de la société civile (notamment à travers les jumelages, le premier intervenant dès 1950 entre la ville de Montbéliard et Ludwigsburg) et enfin, le rôle du cadre institutionnel (Sommet Franco-Allemand tous les trois mois, CEE puis UE..). Ces trois éléments structurants permettent ainsi d’entretenir et de perpétuer le dialogue dans le temps long. La question implicitement posée est donc « Est-il possible de transposer ce modèle de réconciliation à une autre situation? ». Question à laquelle Karima Lazali tente de répondre indirectement en concentrant ses propos sur le rappel des faits de la colonisation française dont les pratiques ont contribué à l’effacement matériel et immatériel d’une partie de la culture et de la mémoire algérienne (disparition des corps, des sépultures, des patronymes, des terres..). La décolonisation quant à elle n’a pas été portée par le dialogue et les échanges perpétuels mais bien par un long silence et l’impunité des crimes. Le modèle de réconciliation selon elle ne peut donc qu’être marqué du sceau de l’effacement et de l’amnésie.

Table-ronde animée par Charlotte Noblet dans l’Amphithéâtre René Cassin de Science Po Aix.

Cette deuxième journée se termine par la séance « Ecrire l’Histoire, écrire les histoires » animée par Suzanne Canessa et à laquelle participent Anouar Benmalek, journaliste et écrivain, Lenka Hornakova-Civade, écrivaine et peintre et Elena Messner écrivaine et chercheuse. La séance s’ouvre par la lecture d’extraits des livres des invités (« L’enfant du peuple ancien » de Anouar Benmalek, « Cet écho infini » d’Elena Messner et « La symphonie du nouveau monde » de Lenka Hornakova-Civade) par des étudiantes en théâtre à Aix-en-Provence. Le débat s’engage par la suite sur la place qu’occupe la documentation dans l’écriture sur des événements historiques.

Lecture de « L’enfant du peuple ancien » de Anouar Benmalek par une étudiante en théâtre à Aix-en-Provence.

Pour la dernière journée de cette troisième édition, le Forum Franco-Allemand se déplace à Marseille dans les locaux de l’IMéRA. C’est dans ces locaux que se tient en guise d’ouverture, le lancement de la Chaire Albert Hirschman : Les passions identitaires, entre Europe et Méditerranée par Thierry Fabre. Katia Salomon, fille d’Albert Hirschman, et les historiens Jean-Marie Guillon et Jean-Michel Guiraud (Président de l’Association Varian Fry France ) reviennent sur le parcours de ce juif allemand qui contraint de fuir l’Allemagne nazie s’engage pour combattre le franquisme en Espagne, s’oppose en Italie au fascisme, participe à l’exfiltration des étrangers menacés en France par le régime de Vichy avant, lui -même de s’exiler aux États-Unis où il devient un économiste de renommée internationale.

Michèle Gendreau-Massaloux vient partager son expérience en tant que membre de l’équipe fondatrice de l’Union Pour la Méditerranée en se concentrant sur « La politique méditerranéenne de la France, au regard de l’Allemagne ». C’est l’occasion pour elle d’évoquer les coulisses de la politique méditerranéenne de la France, forte de ses expériences en politique et des relations qu’elle y a noué. Ses propos insistent sur l’impossibilité pour la France de mener une politique méditerranéenne sans l’appui et le consentement de l’Allemagne et, surtout, sans intégrer l’Union Européenne à ce projet. L’adoption d’une Union Pour la Méditerranée à la place du projet français initial d’une Union Méditerranéenne, excluant les pays non-riverains, illustre parfaitement l’impossibilité pour la France de construire une politique méditerranéenne sans y intégrer son allié européen indéfectible, l’Allemagne. L’intervention de Thierry Fabre rappelle à juste titre l’importance de l’imaginaire méditerranéen pour la société et la culture allemande, justifiant ainsi l’impossibilité de confier en quelque sorte la Méditerranée à la France et l’Europe à l’Allemagne. Enfin, l’acteur qu’est la société civile n’est pas oublié grâce à l’intervention de Christine Merkel, chef de la Division Culture à la Commission allemande pour l’UNESCO qui, à travers l’évocation de la Fondation Ana Lidnh permet à Michèle Gendreau-Massaloux d’insister sur la complémentarité d’une telle association, tournée vers le rapprochement culturelle entre les sociétés civiles des pays riverains et, l’Union Pour la Méditerranée matérialisation institutionnelle des attentes gouvernementales en terme de politiques méditerranéennes.

Thierry Fabre et Michèle Gendreau-Massaloux à l’IMéRA.

La dernière thématique de cette troisième édition du Forum Franco-Allemand est dédiée à « Politiques de la reconnaissance, entre mémoires et histoires« . Séance animée par Thierry Fabre, la première partie de cette thématique « Noeuds de mémoire/blancs de l’histoire » permet à des chercheurs de venir exposer tour à tour leurs travaux de recherche. Anissa Bouayed, historienne et chercheuse au CESSMA, retrace pour nous l’histoire des prisonniers arabes de la moitié du XIXe siècle aux îles de Lérins, dans la baie de Cannes. Dans un premier temps, elle s’attache à réhabiliter la mémoire historique de ces prisonniers à travers son travail de dépouillement des archives. Dans un second temps, elle contribue à rendre accessible au public (et aux flux touristiques générés par Cannes et sa région) son travail d’historienne notamment à travers la remise en état du cimetière musulman de Sainte-Marguerite laissé à l’abandon pendant plus d’un siècle. Son engagement pour réhabiliter la mémoire de ces « oubliés de l’Histoire » permet ainsi de faire mémoire et histoire de ces lieux. Karima Direche, historienne et chercheuse au laboratoire TELEMMe de la MMSH évoque la relation étroite qui peut exister entre la mémoire et l’Histoire et, l’Etat, à travers l’exemple particulier de la Guerre d’Algérie. Elle permet de nous faire prendre conscience du caractère hautement politique et sensible que contient la question mémorielle. En effet, dans son processus de constitution en tant qu’Etat-Nation, l’Algérie a choisi de devenir le faiseur de l’Histoire et le garant de la mémoire nationale. Karima Direche nous montre que ce choix s’est fait au détriment de l’évidente pluralité des mémoires après une période de guerre et, conditionne de fait les relations franco-algériennes depuis l’indépendance. Avec la présentation de Karima Direche, c’est une autre facette de la question mémorielle qui nous est exposée. Pour la dernière présentation de cette première partie, Karima Lazali traite de la question des mémoires dans les relations franco-algériennes de son point de vue de psychanalyste en mettant en avant la carence de mémoire effective de cette relation.

Pour conclure cette troisième édition, Stephane Mourlane, historien et chercheur au laboratoire TELEMMe de la MMSH, anime une table-ronde à laquelle participent Vincent Giovannoni, ethnologue et conservateur du MUCEM, Sebastien Gokalp, directeur du Musée national de l’histoire de l’immigration, Judith Prokasky historienne et membre de l’équipe du projet Humbolt Forum et, Christine Merkel qui vient partager son expérience au sein du projet « mémoire du monde » de l’UNESCO dont l’objectif est de capter une mémoire universelle au regard de la Constitution de l’UNESCO . Cette dernière table-ronde est l’occasion de discussions sur certains aspects au cours desquels chaque intervenant est invité à donner son point de vue. Il est d’abord question des rapports entre des institutions culturelles et patrimoniales d’une part et les milieux de la recherche en sciences sociales d’autre part. La question des rapports aux pouvoirs publics est également posée. Promoteurs d’une mémoire le plus souvent exclusivement nationale, les pouvoirs publics ont tendance à faire valoir leur point de vue quand il est question de transmission et de valorisation des questions mémorielles et historiques. Dans cette perspective, le rapport au passé colonial n’est pas le plus facile à appréhender. Plus largement, il s’agit de prendre en compte la pluralité des mémoires tout en échappant aux concurrences entre groupes mémoriels. Les musées dès lors peuvent être des lieux de reconnaissance, atténuant ainsi les tensions.

Stephane Mourlane pose une question aux invités de la dernière séance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search