Séminaire en ligne OREM – Chaire Jean Monnet : Mobilisations, protestations et répressions en Méditerranée

Affiche du séminaire en ligne OREM-Chaire Jean Monnet (10&11 décembre 2020)

Les 10 et 11 décembre derniers devait se tenir la 2ème conférence annuelle de l’Observatoire des relations euro-méditerranéennes (OREM) et de la chaire Jean Monnet mais les conditions sanitaires n’ont pas permis de recevoir un tel événement. En attendant son report en 2021, nous organisions un séminaire en ligne sur les « Mobilisations, protestations et répressions en Méditerranée. » Ouvert à toutes et tous, cet événement a rassemblé une quarantaine de personnes chaque jour permettant des échanges constructifs autour des diverses interventions des chercheuses et chercheurs.

Ces deux demi-journées animées par Delphine Perrin (LPED, IRDAMU) et Vincent Geisser (IREMAM, CNRS-AMU) ont permis d’aborder la question des mouvements sociaux en Méditerranée à travers les interventions de différents chercheurs et chercheuses. L’objectif était alors d’aborder les mobilisations dans leurs diverses formes qu’elles soient très visibles ou plus discrètes et d’étudier leurs dynamiques régionales.  

En ouverture du séminaire, Chadia Arab (ESO, CNRS-Université d’Angers) proposait de questionner les luttes féministes et antiracistes des travailleuses saisonnières marocaines en Espagne. Cette communication fait écho à son ouvrage Dames de fraises, doigts de fées, les invisibles de la migration saisonnière marocaine en Espagne (Casablanca, En toutes lettres, 2018). Censé clore un long travail de terrain, cela a finalement ouvert, pour son autrice, d’autres perspectives lorsque ces saisonnières marocaines ont engagé une nouvelle mobilisation féministe en 2018. Dans la région agricole de Huelva, en Andalousie, la main d’œuvre portugaise a laissé place à une main d’œuvre marocaine notamment. Mis en place par un réseau transnational de migration saisonnière entre l’Espagne et le Maroc, les travailleuses marocaines ont pu augmenter leurs revenus tout en souffrant de conditions de travail et de vie difficiles. Dépourvues de moyens de transports, elles doivent se rendre en stop pour acheter les biens de premières nécessités. C’est alors très souvent en silence qu’elles subissent des violences et des agressions sexuelles. Face à ces conditions, les travailleuses saisonnières marocaines se sont mobilisées notamment à l’encontre de leur employeur qu’elles accusent de viols. Leur mobilisation, relayée par des syndicats et des associations, a eu un écho médiatique important en Espagne, au Maroc et dans divers pays européens déclenchant un mouvement de lutte contre les agressions sexuelles en Espagne. Une grande marche est organisée le 17 juin 2018 pour défendre la dignité de ces Dames de fraises où les luttes féministes, antiracistes et de droits des migrants et migrantes convergent en un seul mouvement.

À la suite de cette riche intervention, Inès Dali (Faculté de Lettres de la Manouba, Tunis) a pris la parole pour évoquer les luttes antiracistes et antisexistes des femmes noires tunisiennes qui depuis la révolte de 2011 s’organisent pour la reconnaissance de la communauté noire en Tunisie. Avec la liberté d’expression et d’organisation, elles ont pu se constituer en associations et ont pu nouer des liens avec les luttes féministes et antiracistes internationales. En dépit des lois anti ségrégationnistes, ces tunisiennes dénoncent leur isolement qui conduit à un fort taux de célibat lié au rejet subit par la femme noire. Elles portent alors un regard critique sur les mouvements féministes tunisiens qui excluent les femmes noires. En 2019, sur les réseaux sociaux, Maha Abdelhamid, figure de la lutte des femmes noires tunisiennes, vient questionner la place des femmes noires au sein du mouvement #EnaZeda (déclinaison tunisienne du mouvement #MeToo). Elle publie ensuite un témoignage sur les violences sexistes et sexuelles qu’elle subit au quotidien et dénonce la société patriarcale et raciste. Le mouvement antiraciste et antisexiste vient alors perturber le mouvement féministe traditionnel qui ne prend pas en compte l’intersection des discriminations. Les femmes noires tunisiennes créent alors un mouvement qui constitue un refuge et un lieu d’affirmation et de désinvisibilisation.

Enfin, pour clôturer cette première journée, Vincent Geisser (IREMAM, CNRS-AMU) a présenté les différentes mobilisations musulmanes en réaction aux attentats terroristes en France depuis 2015 notamment. Il constate un phénomène d’invisibilisation de la population qui se revendique musulmane qui suggère un manque de réaction aux attentats depuis 2015. Or, Vincent Geisser observe que les réactions ont été nombreuses et concrètes. Il note également que ces réactions ont des typologies différentes suivant les acteurs. Les principales associations et fédérations musulmanes françaises ont, par exemple, dénoncé publiquement le terrorisme et appuyé la lutte antiterroriste menée par le gouvernement quand de nombreux musulmans se sont mobilisés localement en échangeant avec leur voisinage. Enfin, Vincent Geisser note également une fracture générationnelle dans les manières de se mobiliser. Les anciennes générations préfèrent se mobiliser de manière plus conformiste que les nouvelles générations qui mêlent condamnation du terrorisme avec refus d’être assimilés aux terroristes et critique de la politique sécuritaire.

Le lendemain, trois nouvelles interventions sont venues enrichir le séminaire. Animée par Vincent Geisser, cette journée débute par une intervention du sociologue Eric Marlière, de l’Université de Lille, intitulée « “Ça fait quarante ans qu’on est des gilets jaunes, nous !” Le mouvement des gilets jaunes vu par les habitants des quartiers populaires » où il observe le regard que portent des habitants des quartiers populaires de Gennevilliers, en banlieue parisienne, sur le mouvement des Gilets jaunes. Son enquête montre la perception complexe de ces habitants vis-à-vis de ce mouvement social. Certains rejoignent pleinement le mouvement, d’autres y participent occasionnellement tandis que d’autres encore n’ont qu’un regard extérieur et hésitant. Si les enquêtés se sentent inconsciemment “gilets jaunes”, ils restent réticents, partagés entre un isolement politique et une volonté de faire converger les luttes. Cette ambivalence est alors difficile à cerner aujourd’hui et Eric Marlière soulève quelques pistes en constatant une forme de lassitude de la part d’habitants qui sont Gilets jaunes depuis “plus de 40 ans”, mais aussi une forme de crainte de la répression violente.

Ce thème de la répression fait écho à l’intervention suivante autour de la question du rôle des Ultras dans la contestation au Maghreb (2018-2019) présentée par Dominique Caubet (LaCNAD-INALCO), Catherine Miller (IREMAM, CNRS-AMU) et Karima Ziamari (GRALL, Moulay Ismail University of Meknes). En présentant leurs premiers travaux sur les Ultras, elles s’intéressent, à travers les chants de ces supporters de football, à la circulation internationales des modes d’expression et de mobilisations, à l’importance des réseaux sociaux et de la culture populaire. Peu étudiée, les productions culturelles du monde du football semblent pourtant révéler que les groupes de supporters participent à de nouvelles formes d’engagement et d’expression du politique en lien avec des actions de contestation sociales. Les deux clubs de Casablanca, le Raja Club Athletic et le Wydad Athletic Club ont des groupes de supporters Ultras qui ont développé des chants liés au contexte social et politique du pays. Ainsi, à plusieurs reprises, les supporters sont les fers de lance de la contestation durant 18 mois entre 2018 et 2019. Après avoir été interdits de stade, les Ultras vont mener la grève des stades qui vont se vider au moment même où le Maroc est candidat pour recevoir la Coupe du monde de football de 2026. En avril 2018, les Ultras peuvent de nouveau se rendre au stade à condition de ne pas faire de politique mais ils continuent à soutenir les mouvements sociaux nationaux et internationaux en entonnant des chants de lutte contre les oppressions. Au Maroc, l’image du roi n’est pas remise en question mais les chants évoquent la crise sociale et sont repris sur les réseaux sociaux et lors des manifestations.

Enfin, Didier Le Saout (Université de Paris 8) a clôt le séminaire en évoquant la question du hirak algérien en France. À Paris, le mouvement, à l’image du mouvement algérien, s’est constitué autour de l’occupation festive de l’espace et des groupes se constituent et s’organisent en amont des mobilisations jusqu’à ce que la démarche unitaire soit rompue à partir de juin 2020, après que l’islamisme soit désigné comme un adversaire. L’importance des collectifs en France a mis au centre de la discussion les affrontements idéologiques entre les différents groupes moteurs de la mobilisation alors qu’en Algérie, la mobilisation refusait une base organisée. En France, l’organisation de la mobilisation a produit une forme d’idéologisation qui a fissuré la conception unitaire du mouvement.

Ainsi, sur cette intervention se clôturait le séminaire en ligne de l’OREM et de la chaire Jean Monnet sur les mobilisations, protestations et répressions en Méditerranée. Cette réussite invite alors à se pencher de plus près sur ces questions qui feront l’objet de discussions plus approfondies encore dans les prochains mois.



Citer ce billet
Rémi Lombardi (2021, 5 janvier). Séminaire en ligne OREM – Chaire Jean Monnet : Mobilisations, protestations et répressions en Méditerranée. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sko0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search