Séminaire MonuMed#1

Monumentalisation et espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée

25 Janvier 2018 au Mucem dans les locaux de l’I2MP à Marseille

Alessandro Gallichio et Pierre Sintès sont revenus sur les activités de MonuMed en 2018 : deux journées d’étude intitulées Les monuments dans la ville aujourd’hui. Image du pouvoir / reflet social , à Florence en avril, et Faire ville, faire la ville : monumentalisation, politisation, expérimentation, à Thessalonique en novembre, qui ont permis de questionner la relation art / sciences sociales au regard de la monumentalisation. Ces journées ont confirmé l’intuition des deux organisateurs qu’un intérêt pour les monuments persiste malgré des prédictions contraires, comme celle de Lewis Mumford qui annonçait au début du XXème siècle, La mort des monuments. Ou plus récemment avec un Marcel Hénaff qui, dans La ville qui vient, voit le monument comme obsolète dans la société individualisée néo-libérale, où la ville est dépourvue de sa fonction politique au profit de l’économie, il n’y aurait plus besoin de monument. Comme si la fin de l’histoire s’accompagnait de la fin des monuments. Pourtant les monuments restent les révélateurs des évolutions des orientations politiques du pouvoir, par la production mais aussi par ce qui est conservé. Et des pays ont encore une forte production monumentale, comme les anciens pays communistes, par exemple en Macédoine; cette production se fait souvent en parallèle de l’affirmation d’un pouvoir autoritaire. Le monument est l’expression, pour ce pouvoir, de l’emprise qu’il a sur le territoire et sur la société. C’est pourquoi la production monumentale est au cœur des rites civiques depuis l’émergence des Etats-Nations, puisqu’ils affirment la légitimité de cette dernière. Toutefois, on voit apparaître de plus en plus de monuments qui ne sont pas le relais du pouvoir, mais d’un récit minoritaire, on peut alors le qualifier de contre-monument. Ces monuments d’un nouveau genre sont surtout des points d’ancrage pour s’inscrire dans des dynamiques collectives, par exemple la reconnaissance du rôle d’une minorité dans un récit national. Finalement, le monument est aussi un élément de communication d’une société, à l’heure de la globalisation, émerge un besoin croissant que cet élément de communication puisse être compris dans le reste du monde. On constate donc une uniformisation des pratiques, pour répondre à un “marketing urbain”, en parallèle à l’uniformisation des pratiques urbanistiques, artistiques ou culturelles. L’espace méditerranéen, et plus spécifiquement la péninsule balkanique offre un support de choix pour ces problématiques. En effet, les Etats nés de l’effondrement de la Yougoslavie, connaissent une forte production monumentale pour construire un récit qui se distingue de la période communiste, ces pays opèrent une sélection quant aux monuments issu de la période fédérale et enfin ces villes sont également les témoins d’une production artistique et monumentale en dehors des cadres définis par le pouvoir, en témoigne la révolution des couleurs en Macédoine en 2016.

Leur présentation a été discutée par Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire IREMAM de la Maison méditerranéenne de sciences de l’Homme, et auteur d’expérimentations art / science comme dispositifs critiques, animateur depuis 2011 du projet anti-Atlas des frontières. Son intervention portait sur les expériences qu’il a connu par rapport à des collaborations arts et sciences, notamment sur un jeux-vidéo, A Crossing Industry, et plusieurs pièces de théâtres, tous mettant en lumière ses travaux réalisés par. Pourtant la volonté de ces collaborations était un vrai travail en commun, pas une simple mise en forme des travaux du chercheur. Cependant, aussi bien le chercheur que l’artiste ont des méthodes et des approches différentes qui se confrontent. Tous deux cherchent à matérialiser une pensée, le chercheur s’y applique principalement par l’écrit, là où l’artiste, qu’il soit peintre ou architecte ou autre, s’y emploi par le visuel. Cette confrontation ouvre au chercheur de nouvelles formes de matérialisation d’une pensée. En dehors du cadre de l’écrit, le chercheur peut alors se retrouver déboussolé et connaître des difficultés à exprimer sa pensée; de même qu’il peut connaitre des difficultés dans la réception de son discours. Son mode d’expression étant formaté par la structure académique. Hors, pour Cédric Parizot, ces difficultés, ces incompréhensions, ces décalages sont le but même de ces collaborations. En somme le processus où l’artiste et le chercheur confrontent leurs méthodes serait plus important que le produit fini. Cette confrontation se transforme en une gestion de crise permanente. Ce qui pousse le chercheur à repenser de manière critique les pratiques de recherche qu’il a intériorisé, malgré leurs limites. Cela peut aboutir à la construction d’une nouvelle méthode de travail prenant compte des angles de vues amenés par l’artiste et offrir au chercheur une vision et des réflexions plus complexes sur un objet qu’il n’aurait traité que d’un point de vue académique.

La présentation a également été discutée Vincent Veschambres, géographe, Professeur des Universités, directeur du Rize (Centre mémoires, cultures, échanges de la Ville Villeurbanne) et responsable du projet PLUPATRIMONIAL, spécialiste des enjeux patrimoniaux liés à la rénovation urbaine et à la politique de la ville. M. Veschambres entendait d’abord se pencher sur la distinction entre “monument” et “patrimoine”. Au delà des nombreux exemples donnés par l’orateur, la distinction majeure réside dans l’intentionnalité. En effet le monument est, par sa nature, pensé pour être un monument; là où le patrimoine acquiert au court du temps son statut de patrimoine, avant ça il peut être un bâti quelconque. C’est autour de cette notion d’intentionnalité que l’on peut constater la plupart des distinctions, par exemple autour des mémoires que portent aussi bien les monuments que les patrimoines. En effet, le monument est pensé pour porter et publiciser une mémoire, que n’a pas connu le monument, alors que le patrimoine porte, la plupart du temps, la mémoire de ce qui y s’est déroulé, qui a été expérimentée dans ce patrimoine. En somme le monument se veut le relais d’une mémoire dont il n’était pas le support matériel, alors que le patrimoine renvoie à la mémoire dudit patrimoine. Puisque le patrimoine acquiert ce statut, il n’est pas inné, on parle de “patrimonialisation” depuis une vingtaine d’années. Le présent séminaire propose le concept de “monumentalisation”. Pour M Veschambres, ce terme est à comprendre comme l’ensemble des processus humain qui encadrent l’avènement d’un monument, c’est-à-dire un intérêt pour le processus qui aboutit sur une construction monumentale, plus que pour les monuments en eux mêmes. Ce processus est, la plupart du temps, intimement lié au pouvoir qui jouit d’un quasi monopole de la production monumentale. Par la monumentalisation, le pouvoir transmet son récit pour légitimer son existence, ainsi, détruire un monument c’est détruire le récit de ce pouvoir, comme si l’effacer matériellement revenait à l’effacement des consciences. De ce point de vue, il n’est pas surprenant que l’UNESCO ait adopté en 2003 une déclaration condamnant la destruction intentionnelle de patrimoine culturel. Il faut noter qu’aujourd’hui, la destruction de monuments semble obligatoire dans les récents conflits armées, tout comme la médiatisation de ces destructions. Ces destructions, et ce besoin législatif montrent que les monuments conservent, malgré tout, un poids symbolique dans les représentations.

La séance est disponible en vidéo ici

Le séminaire MonuMed se poursuit par des rencontres chercheur/artiste jusqu’en juin avec plusieurs rencontres prévus. Soit au Mucem, soit au FRAC à Marseille. Le programme des prochaines conférences est disponible ici.



Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 29 janvier). Séminaire MonuMed#1. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/skna

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search