Séminaire MonuMed#2

Iconographie/Iconologie de la monumentalisation

Le 8 mars 2019 au FRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur à Marseille.

Pour la deuxième séance du séminaire MonuMed, l’artiste Stefanos Tsivopoulos a présenté ses projets sur l’histoire matérielle des monuments et sur l’espace public en tant que territoire politisé. En combinant des documents d’archive et des images documentaires, il interroge les tensions urbaines de la Grèce contemporaine. Artiste transdisciplinaire, son travail a été, entre autres, exposé à Documenta 14, Kassel, au Pavillon grec de la 55ème Biennale de Venise et à Manifesta 8, Murcia.

Sa présentation a commencé par la projection d’un court-métrage qu’il a réalisé en 2009. Ce film met en scène les aventures d’une statue dont personne ne veut et qui est passée de mains en mains. L’intrigue, bien que fictive, se base sur une véritable statue, celle de Harry Truman à Athènes. Cette statue avait été financée, en 1963, par une association de ressortissants grecs basés aux Etats-Unis, pour remercier le président Truman de son soutien contre les communistes pendant la guerre civile. Cette dernière s’est déroulée entre 1946 et 1949 et a pris la forme d’une insurrection communiste contre le gouvernement monarchiste. Au nom de la politique d’endiguement, ou doctrine Truman, les Etats-Unis avaient donc soutenu le gouvernement et la couronne contre les insurgés. C’est en remerciement de ce soutien que des Grecs des Etats-Unis ont financé cette statue, qui a été la cible de nombreuses attaques depuis son érection en 1963. En effet, elle a été renversée au moins quatre fois depuis son établissement. Stefanos Tsivopoulos, outre la projection de son film, qui symboliquement met en scène cette contestation, a raconté l’histoire de ce monument et de son projet autour de cette statue. Son intérêt pour cette statue, vient du fait qu’elle se distingue des autres monuments qu’il côtoyait. Particulièrement dans une ville comme Athènes qui compte beaucoup de figures et constructions évoquant l’histoire grecque, la présence d’un président américain peut alors paraître surprenante. Ce monument n’est pas seulement l’objet de contestations, il est aussi largement méconnu par les Athéniens. Son projet se voulait une représentation aussi bien de cette contestation que de sa méconnaissance. À l’origine le film était projeté dans le cadre d’une exposition, où, d’une part, de nombreux éléments, principalement photographiques, venaient combler ce vide mémoriel; et, d’autre part, cette exposition était pensée par l’artiste comme une prise de position politique. Puisque selon lui, le monument est, par essence, un message politique. Dans le cas de cette statue de Truman le message politique est peut-être plus flagrant. Cette statue est devenue, au fur et à mesure, un lieu récurant d’expression de contestations politiques. La statue est un bronze de 4m de haut, réalisé par le sculpteur austro-américain Felix de Weldon. Il est connu surtout pour sa statue Raising the American flag. Celle de Truman avait été inaugurée en présence du Premier Ministre Karamanlis, ce qui a donné, dès son inauguration, au monument une forte symbolique. En effet ce monument est celui des gagnant de la guerre civile et est devenu un objet de contestation pour tous ceux qui ne s’identifiaient pas à la narration des vainqueurs.

Photo de l’exposition originelle de Stefanos Tsivopoulos sur la statue de Truman

Stefanos Tsivopoulos a voulu conclure sa présentation par une réflexion sur le concept même de monument. Il identifie que le monument est généralement lourd, dans des matériaux résistants au temps, car ils sont pensés, par nature, pour rester en place pour toujours. Ils sont la représentation physique d’un récit historique d’une nation. Ce n’est pas une simple représentation mais une imposition d’un récit officiel présenté comme véritable, basée sur une hégémonie culturelle ou un sentiment collectif de victimisation. Pour l’artiste, il ne peut y avoir ni de bon, ni de mauvais monuments puisqu’ils martèlent tous un message politique. Traditionnellement, ils sont le moyen d’expression de celui qui est en position de pouvoir et peut donc imposer sa vérité. Pourtant, le développement du tourisme de masse, fait qu’aujourd’hui le monument peut devenir un élément de marketing urbain. A ce jour, l’Acropole a plus cette fonction marketing que de légitimation d’un pouvoir. Tsivopoulos finit son allocution en constatant que le monument moderne n’est plus le monopole des Etats-Nations et peut englober des considérations transnationales et se faire la voix d’autres narrations.

La présentation de Stefanos Tsivopoulos a été suivie d’une allocution de Suzana Milevska, chercheuse en visual studies et commissaire d’exposition dont les intérêts portent sur la critique post-coloniale du pouvoir, les régimes de représentation, le féminisme et les pratiques artistiques participatives. Elle développe aujourd’hui des recherches dans le cadre du projet TRACES horizon 2020 (Politecnico di Milano) sur la monumentomachia (lutte contre/pour les monuments) a Skopje, en République de Macédoine du Nord.

Avant le début de sa présentation Suzana Milevska a tenu, en ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes, à dédier sa présentation à toutes celles qui n’ont pas eu de monuments, selon sa formule. Ses travaux ont permis de constater qu’il y a peu de femmes dans les représentations monumentales, ainsi que peu d’artistes féminines dans ce domaine.

L’objet de son intervention est, entre autres, la présentation de son projet de monumentomachia. Dont le terme est un néologisme basé sur la notion grecque de makia, que l’on peut traduire par combat. Ce projet est né de l’intérêt que porte Suzana Milevska pour les relations, pacifiques ou conflictuelles, entre les personnes et les monuments, entre les sujets et les objets de la monumentalisation. Elle définit la monumentomachia comme “le combat des populations avec les monuments”. Sa présentation portait sur une analyse de statues, monuments et sculptures publiques dans un contexte socio-politique et culturel tendu. Elle s’est penchée sur l’importance, selon elle, de discuter et d’analyser la relation entre sujets et objets dans l’espace public. Selon elle, le monument est porteur de ces relations. Elle pousse sa réflexion en considérant que ce sont les monuments qui déterminent ces relations de sujet à objet, puisqu’ils sont pensés, par nature, comme la matérialisation d’objets immatériels que sont la mémoire et la vérité. Ce qui a déclenché la volonté de cette étude est une photo de manifestations à Skopje au pied de la gigantesque statue d’Alexandre le Grand. Cette statue est aujourd’hui iconique de Skopje et de la Macédoine qui revendique l’héritage de l’illustre roi antique. En effet, les monuments retiennent le souvenir de grandeur passé, de sacrifices héroïques, ou d’actes de bravoure. Ils sont sensés inspirer un sentiment de vénération, de respect et d’admirations pour ce qu’ils représentent. Mais les monuments évoquent également un manque, ou une disparition. C’est-à-dire, qu’ils sont la trace et la mémoire du triomphe de la mort, d’actes d’agression ou de violences du passé, en France les nombreux monuments aux morts en sont les témoins. Les monuments sont aussi pensés pour rendre visible pour toujours ces souvenirs. Pour elle, la statue d’Alexandre le Grand de Skopje est un parfait exemple de cette définition. D’une part elle témoigne d’une grandeur macédonienne passée, supposée puisque Skopje n’existait pas à l’Antiquité. D’autre part elle est aussi le témoin des vives tensions entre la Macédoine et la Grèce. Officiellement la statue s’appelle Guerrier à Cheval, car la Grèce faisait pression contre l’utilisation de l’image d’Alexandre en Macédoine. Malgré ce nom officielle, pour les habitants de Skopje, c’est la statue d’Alexandre le Grand. Ceci illustre que le contexte de production d’un monument est essentiel pour le comprendre, au delà de son iconographie. Pour le cas de la Macédoine c’est celui d’un pays post-communiste qui connaît un retour récent à l’érection de sculptures monumentales dans l’espace public. Pour son étude, Suzana Milevska s’est basée sur le projet Skopje 2014, qui a engendré une forte production monumentale dans la capitale macédonienne, notamment la statue d’Alexandre le Grand.

crédit photo Rašo Mk (wikicoomons)
Statue d’Alexandre le Grand officiellement nommée Guerrier à Cheval

Pour Suzana Milevska, les monuments d’aujourd’hui témoignent de situations institutionnelles d’influence des commémorations, mais ils peuvent aussi apparaître comme les représentants temporaires, ou non, de résistances, de contestations ou de contre communautés. Ils peuvent aussi être les récepteur de contestations plus large. Comme le cas des statues confédérées aux Etats-Unis, le débat sur leurs conservations à déclenché un débat plus large sur la mémoire de la guerre civile américaine. Toutefois, le monument équivaut à une prise de position politique, il ne pourra donc jamais faire l’unanimité. Ainsi, plus un monument est clivant politiquement, plus il est l’objet de contestation, la statue athénienne de Truman en témoigne. Cependant ce cas est un peu exceptionnel, puisque la plupart du temps les monuments sont les relais d’un discours politique dominant. C’est le cas pour les monuments “classiques”, aujourd’hui il en existe d’autres formes, comme le contre-monument et les monuments iconiques, actifs ou participatifs. A propos des contres-monuments, l’artiste Jochen Gerz a déclaré que “les lieux de souvenir sont les personnes, pas les monuments”. Elle poursuit cette définition en présentant le contre-monument comme intrinsèquement iconoclaste. Gerz était un pionnier du contre-monument avec son Monument contre le fascisme à Harbourg. Ce monument était interactif, les passants étaient invités à écrire ou dessiner sur le monument même, de plus il était pensé dans une vision éphémère, il devait rester en place dans une période limitée dans le temps. Alors que le monument classique est pensé comme éternel. Les Etats sont rarement à l’origine d’un contre-monument en se limitant aux monuments plus classiques. Le projet Skopje 2014 en est une représentation, le gouvernement a unilatéralement décidé de bâtir plus de cinquante monuments dans la capitale. La plupart renvoyant à un passé éloigné passant sous silence la période Yougoslave et les siècles de présence ottomane. Comme si ces périodes étaient des parenthèses et que pour la première fois depuis Alexandre, la Macédoine avait son destin en main, du moins c’est le récit que veut imposer le pouvoir. Pour Suzana Milevska cela revient à construire une fausse mémoire basée surtout sur les mythes associés à la région, alors que le pouvoir a présenté cette production comme la construction de manuels d’histoire en 3D puisqu’ils témoignent de l’identité nationale. Cette déclaration a été mise en relation avec une citation d’Etienne Balibar: ” l’enseignement est la principale institution qui produit une ethnicité à partir de communautés linguistiques”. Les monuments de Skopje 2014 participent donc à la volonté du pouvoir que la population s’identifie à une ethnicité commune et par extension à une entité politique commune, la République de Macédoine du Nord. Cette volonté de créer une ethnicité macédonienne s’explique par la présence d’une forte minorité albanaise qui compose près de 25% de la population. Ainsi, les monuments de Skopje 2014 ont un but interne, créer cette ethnicité à partir de rien, en inventant notamment un lien avec Alexandre le Grand; et un but externe puisqu’ils rendent l’élément macédonien indissociable de cet Etat dans le conflit qui l’oppose à la Grèce autour du nom. La résolution n’est d’ailleurs venue qu’à l’été 2018. Skopje 2014 comprend aussi bien des monuments que des sculptures et bâtiments publics, dans un style que Suzana Milevska qualifie de “kitch politiquement”. Projet dans lequel les seuls représentations féminines réduisent les femmes au simple rôle de mère. Le monument étant le reflet de la société, il est aussi le reflet des discriminations genrées. Le projet Skopje 2014 a été contesté et rejeté par la population à partir de 2016 et les monuments ont été les cibles de cette contestation. Ce qui a donné cette idée de combat pour ou contre les monuments qui se formule dans le concept de monumentomachia. Ces contestations et manifestations ont été qualifiées de “révolution des couleurs” en référence à la peinture jetée par les manifestants sur les réalisations de Skopje 2014. Milevska voit cette action comme une réaction allégorique contre une politique en s’en prenant à ses symboles. Cette révolution a aboutit à la démission du gouvernement nationaliste. La population s’est réapproprié l’espace public, qui en a matériellement exclu le pouvoir en s’appropriant les monuments colorisés. C’est pourquoi les habitants de Skopje ont souhaité que les éléments de la révolution des couleurs perdurent.

Crédit photo John Crane, Prague, République Tchèque

Parlement de Skopje le 5 août 2016.

Suzana Milevska a voulu terminer son allocution par un réflexion sur l’utilité des monuments. Pour elle les monuments :

  • Construisent des sites de commémorations et de mémoire pour les générations futures,
  • Deviennent des signifiant culturels, où l’intention originelle est obsolète ou oubliée,
  • Marquent l’espace,
  • Imposent une certaine idéologie,
  • Deviennent des objets de consommation, dans le tourisme surtout,
  • Ont une fonction critique. Ce dernier caractère est rare.

La conférence est disponible en intégralité en vidéo sur la page Facebook de MonuMed ici

Le programme des prochaines conférence du séminaire MonuMed sont disponible ici.



Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 8 mars). Séminaire MonuMed#2. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sknd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search