Pourquoi la notion de « migrations » est trompeuse?

Vidéo de la Chaîne Mister Géopolitix en partenariat avec la MMSH

Une vidéo réalisée par Mister Géopolitix en partenariat avec des chercheurs de la MMSH (Sophie Bouffier, Virginie Baby-Collin et Stéphane Mourlane) dans le cadre d’EchoSciences Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Dans cette vidéo, le vidéaste entend expliquer, dans un format court de vulgarisation scientifique, pourquoi il faut se méfier de la notion de « migration ». Il introduit sa démonstration en expliquant que c’est une notion trompeuse, car elle suppose, seulement, le déplacement d’un individu d’un pays vers un autre. Ce qui empêcherait de considérer les dynamiques et les différents aspects des différentes migrations. En somme, on réduirait ces phénomènes au simple fait de se déplacer sans prendre en compte la complexité des différents flux. Par exemple, on utilise le même terme pour qualifier des déplacements définitifs et d’autres faits d’allers et retours multiples, alors que les ressorts sont différents. C’est pourquoi il faut partir du principe de base que les populations circulent. Le bassin méditerranéen est un observatoire unique de ces circulations notamment grâce à la présence de sources nombreuses et anciennes. Ce qui permet une connaissance des grandes périodes et des différents flux qui se sont succédé. Ce sont ces flux qui ont participé à la construction de l’espace méditerranéen. Ces flux sont tous très différents pourtant des phénomènes persistent.

  • « La stabilité de certains lieux d’accueil » : Dans ces permanences, les centres religieux ou commerciaux demeurent des espaces de transit. Autre permanence constatée, les migrants s’installent souvent dans des marges urbaines, qui peuvent devenir des bidonvilles. Bidonvilles qui peuvent disparaître avec l’intégration de la population qui y vit, mais peuvent très bien êtres reconstruits avec l’arrivée d’une nouvelle population identifiée comme migrante.
  • « La récurrence des discours de rejet » : Le vidéaste commence cette partie en prenant l’exemple du projet de mur entre les Etats-Unis et le Mexique avancé par Donald Trump, pour illustrer l’absurdité historique que constitue la volonté de fermer les frontières et vivre dans un entre-soi. Au vue de l’histoire il y a toujours eu des discours de rejets quels que soient la population visée, en agitant le thème de la menace politique, sociétale, économique ou culturelle que constitueraient les populations en circulation.
  • « La construction de nouvelles dynamiques culturelles » : A l’opposée d’une menace culturelle, l’arrivée de migrants provoque une valeur ajoutée à la culture de la société d’accueil et enrichi cette dernière. Réciproquement la culture des migrants est influencée par celle de la société d’accueil. Ce qui aboutie à la construction de nouvelles identités culturelles, pas une simple somme de ces identités.

Le vidéaste conclu en insistant que, s’il y a un point à retenir, c’est la notion de circulation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search