Regards croisés sur la Turquie et enjeux mémoriels

La conférence était organisée par Aude Signoles, maître de conférence en sciences politiques à l’IEP d’Aix-en-Provence, et par Muriel Girard, membre associée au “laboratoire architecture, ville, urbanisme, environnement” et au “Centre d’études Turques, Ottomanes, Balkaniques et centrasiatiques“. La volonté pour cette conférence était de croiser les regards d’une écrivaine, Valérie Manteau, lauréate du prix Renaudot 2018 pour son ouvrage Le Silllon qui est l’objet de son intervention, et d’une chercheuse, Magali Boumaza enseignante en science politique à l’Université Galatasaray à Istanbul. Les deux intervenantes ont présenté leurs travaux et la conférence s’est vite transformée en un dialogue-débat avec l’audience.

Valérie Manteau a commencé par présenter son roman. Elle l’a écrit en 2016 pendant une année passée à Istanbul. L’ouvrage, à travers les yeux d’une française, qui est la narratrice, se penche sur le sort d’un journaliste arménien assassiné en 2007 à Istanbul par un nationaliste turc. Ce journaliste, Hrant Dink était une des figures de la communauté arménienne de Turquie grâce à son hebdomadaire, Agos. Il écrivait notamment sur le génocide, sujet pour le moins sensible en Turquie. Son assassinat a provoqué un large émoi, au-delà de la seule petite communauté arménienne de Turquie. L’autrice compare l’événement et le deuil qui a suivit à l’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015. Événement auquel elle entretient un rapport particulier entant qu’ancienne de l’hebdomadaire satirique. L’autrice a approché ce sujet par le cas de Pinar Selek, une sociologue et surtout militante pro-kurde turque. Cette femme vit aujourd’hui exilé en France en raison de son militantisme. Pinar Selek et Hrant Dink s’étaient rencontrées pour faire converger leurs luttes respectives. A l’enterrement de Hrant Dink plusieurs milliers de personnes étaient présentes et, d’une certaine façon, un réseau de militants s’est ainsi réactivé aux moments de contestations. La démarche de l’ouvrage de Valérie Manteau était d’explorer ce réseau et sa mémoire dix ans après les faits en racontant la vie de tous les jours des gens de ce milieu.

Photo de Burak Su datée du 8 juin 2013.
La place Taksim pendant le manifestations de 2013.

Magali Boumaza a ensuite présenté un ouvrage collectif, Faire mémoire. Regards croisés sur les mobilisations mémorielles (France, Allemagne, Ukraine, Turquie, Egypte), L’Harmattan, 2019. Elle a aussi réagi à l’intervention de Valérie Manteau, car l’assassinat de Hrant Dink est une sorte de point de départ des chapitres sur la Turquie. Cette année 2007, en plus de l’assassinat du journaliste, marque aussi un tournant dans la politique turque: le pays abandonne la perspective d’adhérer à l’UE. Un autre tournant a lieu en 2011, en plein “printemps arabe”, par crainte de voir la contestation se propager, l’élection présidentielle passe au suffrage direct. La Turquie passe d’un régime parlementaire à un régime présidentiel, à la suite de quoi le gouvernement est devenu plus “autoritaire” notamment concernant le droit des femmes en réduisant les possibilités d’avortement, et le droit des minorités, surtout contre la minorité Kurde qui jouissait de quelques éléments d’autonomie, ce qui parait inimaginable aujourd’hui. Ce basculement a provoqué de vives réactions qui se sont focalisées sur la place Taksim, un lieu plus associé aux rassemblements de gauche. Un moment important de contestation est en 2013 quand l’exécutif décide de “rénover” la place et le parc Gezi juste à côté. Le projet de rénovation était d’inspiration religieuse, volonté de remplacer le Centre Culturel Atatürk par une mosquée et de raser le parc, construit sur un cimetière arménien. On voit bien la volonté par le pouvoir ultra-centraliste se réclamant de l’islam de l’AKP de prendre une revanche symbolique sur les laïques kemalistes et d’effacer la mémoire d’une minorité, ce qui reviendrait également à déposséder les opposants au pouvoir d’un lieu de rassemblement. La place a été occupée à l’instar d’une place maidan à Kiev ou tahrir au Caire.

Magali Boumaza a poursuivi en précisant qu’une des ambitions de l’ouvrage est aussi de s’attarder sur la transmission d’une mémoire de la gauche, qui peut passer par des réseaux syndicaux et plus récemment dans le milieu carcéral. L’ouvrage permet aussi d’offrir une tribune à des chercheurs turcs pour lesquels les capacités d’expressions se réduisent avec le durcissement du régime. Elle évoque un véritable étau qui se resserre autour du milieu académique, plutôt de gauche, et conduit à une auto-censure de plus en plus forte. Les universitaires doivent mesurer leurs paroles de peur de dénonciation par la hiérarchie et même par des élèves. Ces cas se sont déjà produits.

Après ces présentations la conférence a pris la forme d’une discussion entre les oratrices et l’audience. Les questions cherchaient surtout à obtenir des précisions sur certains éléments des présentations, comme autour de l’affaire de Pinar Selek et sa situation en exil.

manifestation à Istanbul au moment de l’assassinat de Hrant Dink

Valérie Manteau s’est également interrogée sur les différences de retombées entre l’assassinat de Hrant Dink, événement peu connu hors de la Turquie et l’attentat de Charlie Hebdo qui a provoqué une indignation planétaire. La raison était imputée à une certaine vision euro-centrée qui s’émeut moins du sort des non-occidentaux.

Un échange a eu lieu sur la censure et l’auto-censure. Valérie Manteau a ainsi évoqué des conférences où elle a été elle-même mise en garde pour éviter des sujets politiques, d’autres où les discussions étaient très libres comme à l’Institut français d’Istanbul, et d’autres avec des salles très hostiles en raison de sa mention du génocide arménien dans son ouvrage, comme à l’Institut français d’Ankara. Ceci a ouvert une discussion sur l’incapacité d’échange entres deux camps dans une société très polarisée, on se croise mais on ne se rencontre pas. Des pressions peuvent aussi peser, des colloques ont pu être annulés quand les thèmes ne plaisent pas aux autorités. Ce qui est encore plus compliqué quand les partisans de l’AKP se réclament de LA vérité religieuse révélée.



Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 6 juin). Regards croisés sur la Turquie et enjeux mémoriels. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sknm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search