Séminaire MonuMed#4

Iconographie / Iconologie de la monumentalisation 2

Le vendredi 26 avril 2019 au MUCEM à Marseille.

Pour cette quatrième séance du séminaire MonuMed, les deux invités étaient l’artiste Rossella Biscotti et l’historien, maître de conférence, Jérôme Bazin.

Rossella Biscotti a présenté des expositions qu’elle a réalisées à partir d’éléments iconographiques issus de la période fasciste. Ses travaux se concentrent autour de la mémoire de cette période. Le patrimoine de cette période fait l’objet aujourd’hui d’une forte médiatisation, soit pour le côté vestige, mais pour les milieux nostalgiques de cette période ce patrimoine est mis en avant dans une logique d’héritage. Pour la campagne des élections au Parlement européen de 2019, le petit-fils du Duce, Giulio Cesare Mussolini, a utilisé des bâtiments fascistes pour son affiche officielle de campagne.

L’artiste a principalement évoqué un projet réalisé à partir de 2009, intitulé Le Teste in Oggetto (les têtes en question). Ce projet est né d’une curiosité pour un bâtiment construit en prévision de l’exposition universelle de 1942 qui devait se tenir à Rome. Ce Palazzo Uffizi (palais des offices) est devenu iconique de l’architecture fasciste. Rossella Biscotti a trouvé dans le sous-sol cinq imposantes têtes en bronze de Mussolini et de Victor-Emmanuel III, avec toutes les archives. L’idée était de monter pendant l’exposition universelle une tête du Duce et une du roi. Les têtes existantes n’étaient que des ébauches et le projet n’est pas allé plus loin.

Les têtes telles qu’elles ont été découvertes

En 2009, avec la fondation nomas, la première exposition ne présentait “que” les têtes telles qu’elle les as trouvée, suivi d’une conférence explicative. L’idée était de partir de ces cas pour entamer une discussion sur la mémoire du fascisme. Dans l’exposition les têtes étaient simplement posées sur des palettes et les visiteurs étaient encouragés à les toucher, les prendre en photos ou scruter le moindre défaut pour pouvoir vraiment s’en saisir.

En 2015, elle travaille à nouveaux avec ces têtes, elle décide de faire des moules en plâtre des têtes pour ensuite les détourner en les modifiant. Elle présente cette idée comme la volonté symbolique de montrer comment la mémoire du fascisme peut diverger de la réalité, surtout quand certains essaient d’embellir les faits. Les moules ont été repeintes, ou découpées en fragments par exemple.

Les moules des têtes réalisés puis transformés.

Elle a conclu en présentant plus rapidement d’autres projets, notamment l’exposition de modèles miniatures de bâtiments dans un style fasciste placés dans une fontaine à Rome, à moitié submergés. Ces bâtiments miniatures devaient représenter le retour du discours nationaliste qui mènerait l’Italie à une sorte de noyade symbolique. Elle a fini sa présentation en évoquant un projet plus loin des questions monumentales ou mémorielles, qui se concentrait sur la Méditerranée et présentait en parallèle des cartes avec inscrit les lieux de noyades des migrants et des cartes plus ou moins anciennes des opérations militaires en Méditerranée.

A suivi, une présentation de Jérôme Bazin, historien spécialiste des pays du bloc de l’Est. Pour son intervention il ne s’est concentré que sur les monuments érigés après la mort de Staline en 1953. Avant la mort du dirigeant soviétique, l’iconographie se contentait de représenter Staline, au nom du culte de la personnalité. Après 1953 émergent plein de types nouveaux de monuments, et aussi de nombreuses tentatives, comme un saut dans l’inconnu. Un des exemples de ces tentatives, était à Moscou en 1958. Un projet de monument est soumis au vote des Moscovites qui avaient le choix entre plusieurs modèles, dont des reproductions en carton reproduites pour montrer les différents choix possibles.

Destruction de la statue de Staline à Prague en 1962

La période de la déstalinisation est également une période de destruction de l’iconographie stalinienne, de manière spontanée ou organisée, comme pour l’imposante statue de Staline à Prague. Pour sa présentation, Jérôme Bazin a choisi de se concentrer sur le cas de la Hongrie après 1953 en évoquant trois monuments. Le premier est une statue, Le Fondeur, construite en 1953 pour une exposition nationale à Budapest. Aujourd’hui elle est un cas référence en Hongrie quant on évoque l’art socialiste. Elle représente un ouvrier fondeur, un thème plutôt récurant dans les pays socialistes. La particularité de cette statue est que l’ouvrier n’est pas représenté en plein travail, mais il prend une pose, que Jérôme Bazin compare à une posture en majesté où l’outil est presque un sceptre. Elle a été commandée pour une exposition nationale en Hongrie et a été retirée par la suite, les autorités n’en étant pas satisfaites. En effet, derrière la première impression d’un ouvrier triomphant, les traits sont ceux d’un homme fatigué, usé et squelettique, ce qui peut expliquer son retrait. Jusqu’aux années 1960 où la statue a été érigée dans la ville de Dunaujvaros (à l’époque Sztalivaros), une ville nouvelle. Pour la première fois, la statue était exposée sur un piédestal , ce qui change la perspective. Là où, à sa première exposition on pouvait voir la statue de face, en la regardant en contrebas les perspectives changent. Le regard affaibli et les joues creuses donnent alors l’impression d’un regard très droit, déterminé et digne. La statue est toujours à Dunaujvaros et en est devenu un des symboles de la ville. Cette statue a en quelque sorte perdu sa dimension d’iconographie communiste, dont l’héritage est plutôt rejeté aujourd’hui en Hongrie, pour devenir le symbole d’une ville.

Le deuxième monument qu’il a présenté est la statue de Staline de 1951, qui en soit ne présente pas de spécificités, mais c’est sa destruction qui est intéressante. Elle a été détruite en 1956 pendant le grand soulèvement hongrois, par des insurgés de manière spontanée. La statue était tellement grande que la foule n’a pas réussi à la renverser, ils ont fini par la faire fondre par le bas et ne reste aujourd’hui que les bottes. Symboliquement ceci a un fort impact, premièrement car les bottes renvoient à un imaginaire martial et d’écrasement. Mais aussi car dans l’iconographie slave, couper les bottes est associé à une contestation ou à une résistance. Pendant la Grande Guerre une propagande représentait des soldats russes coupant les pieds du kayser Guillaume II. Couper les pieds est donc très riche de symboliques.

Auteur : Yelkrokoyade . 2011
Bottes restantes de la statue de Staline

Le dernier cas évoqué est celui d’un monument Aux martyrs de la contre-révolution, construite en 1961. Ces martyrs sont les personnes exécutées pendant le soulèvement de 1956, soit essentiellement des membres du Parti, des fonctionnaires ou des membres de la police politique. Pendant le soulèvement, les insurgés ont mis en scène des exécutions et la mutilation des cadavres des exécutés. Les photos ont été largement diffusées par la propagande du Kremlin dans les pays du pacte de Varsovie. Après la reprise de la ville par l’armée rouge le début de la construction du monument commence immédiatement. La statue est construite sur un socle assez bas mais très large, la statue occupe une toute petite partie de la surface du socle qui ressemble presque à une estrade. C’est ce socle qui est plus imposant que la statue est ce qui rend ce monument massif. Sa taille, qui fait qu’on ne peut l’ignorer peut s’expliquer par le fait qu’il a été construit dans une ville qui a massivement prie partie pour les insurgés. Sur la statue en elle-même, le corps du martyr présente une anatomie déformée, aux proportions irréelles, ce qui renvoie à la mémoire des mutilations. Pourtant, il faut connaitre l’histoire de cette révolte pour comprendre le monument qui n’a qu’une minuscule inscription presque invisible qui donne le nom du monument. Il n’y a pas d’explications sur ce qu’est la “contre-révolution” qui est une contre-révolution pour les communistes, et une révolution pour les opposants au régime bolchevique. Il n’est pas surprenant que suite à l’effondrement du système communiste, cette statue ait été vite détruite et des monuments commémorant l’insurrection de 1956 ont été érigés.

La statue du monument aux martyrs de la contre-révolution


Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 26 avril). Séminaire MonuMed#4. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/skng

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search