Rencontres Méditerranéennes : Méditerranée(s) en regard

Généalogie et Circulation en Méditerranée

Mercredi 29 mai 2019 – Musée Granet – Aix-en-Provence.

Au Musée Granet d’Aix-en-Provence le laboratoire TELEMMe a organisé une journée de conférences et d’expositions autour des thèmes des iconographies de la Méditerranée et leur circulation.

La journée a commencé par une présentation de Xavier Daumalin, directeur du laboratoire TELEMMe et de Maryline Crivello, directrice exécutive de la fondation A*Midex et coordinatrice de cette journée. Tous deux ont insisté sur l’importance de cette journée, la deuxième de ce type, pour le rapprochement avec les autres laboratoires de recherche et pour exposer les spécificités de TELEMMe. Maryline Crivello a présenté cette journée en précisant que la Méditerranée était souvent étudiée par le prisme des images. Les images ont suscité des perceptions, qui peuvent être contradictoires, pleines de lieux communs, parfois assez éloignés de la réalité. La zone est souvent réduite à ses éléments mythiques ou comme zone de conflits permanents. De plus la Méditerranée est un espace décrit, représenté et raconté depuis les débuts de l’Antiquité, ses images sont donc anciennes et surtout particulièrement ancrées dans les consciences. Le but de cette journée est donc de décrypter différentes images par des chercheurs de disciplines différentes.

La première partie de la journée consistait une série d’interventions de chercheurs pour traiter de différentes représentations de la Méditerranée à partir d’images différentes qu’elles soient issues du cinéma ou de la presse, ou encore de la bande-dessinée. Maryline Crivello a commencé par présenter la série Méditerranée, mise en scène, notamment par Fernand Braudel. Depuis sa thèse La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, le nom de Braudel est associé à la Méditerranée. La série compte 12 épisodes thématiques, comme Famille qui traite des différences et des similarités des structures familiales dans les différents pays du bassin méditerranéen, et des épisodes plus chronologiques comme Rome vers l’unité. La série a été diffusée en 1976, chaque épisode faisant 50 minutes. Dans les épisodes, la Méditerranée y est présentée comme un monde en soit, le peuplement y est également considéré comme un tout, laissant peu de place à l’individu.

Stéphane Mourlane de l’UMR TELEMMe a ensuite évoqué les images du sport en Méditerranée à travers le cas des Jeux méditerranéens. Stéphane Mourlane montre extrait de journal télévisé de juin 1993 à l’occasion des premiers Jeux méditerranéens en France. On y remarque que la France réussit notamment grâce aux sportifs issus des anciennes colonies , et le reportage préfère parler de « coopération », censé être l’esprit des jeux. Ces Jeux méditerranéens sont apparus après la seconde guerre mondiale et sont présentés comme une source d’unité et un facteur de paix. Le pacifisme était d’ailleurs un élément majeur de l’olympisme dans la vision de Pierre de Coubertin. Pourtant, l’unité est parfois compliquée, la fédération israélienne n’a jamais pu participer à ces jeux en raison d’un veto des pays musulmans. Une coopération existe tout de même pour la construction des infrastructures, mais les pays du Nord dominent toujours au tableau des médailles. Ce « rêve » d’unité et de coopération, à l’origine des jeux, reste peu repris, peu de personnes connaissent l’existence même de ces jeux.

La troisième intervention, de Katharina Bellan, a porté sur les travaux du réalisateur marseillais René Allio dans la cité phocéenne. Pour son premier film, sorti en 1965, René Allio avait adapté, à Marseille, un ouvrage de Bertold Brecht. Il filme à nouveau à Marseille en 1979 pour son film Retour à Marseille, sorti en 1980. C’est à l’occasion de ce tournage qu’il met en place un projet de centre cinématographique à Marseille pour sortir du carcan du centralisme. Il arrive à organiser en 1980 les premières Rencontres Cinématographiques de Fontblanche à Vitrolles, dans le but aussi de faire émerger de jeunes cinéastes. Il est tourne à nouveau à Marseille à plusieurs reprises et a souvent décrit la ville comme une « personne » particulièrement complexe, à l’image à d’autres ports comme Gènes ou Barcelone.

Paul Cézanne, Mont Sainte-Victoire, 1887-1888

La quatrième intervention de Sophie Clairet avait pour thème la géographie audiovisuelle de l’Arc méditerranéen. Dans les années 1990, avec la création des régions dans les pays méditerranéens se développent les chaines de télévision et les médias régionaux, qui peuvent servir de source pour des géographes. Cette couverture se penche soit sur des régions administratives, comme la région « Sud », des régions usuelles, comme la métropole Aix-Marseille ou des régions représentées comme l’arrière pays niçois. Les médias régionaux permettent d’approcher ces différentes organisations territoriales, officielles ou non. C’est le cas, par exemple, de la télévision locale de la région « Nouvelle Occitanie », qui diffuse une émission en Catalan, sur la Catalogne française, alors qu’officiellement la Catalogne n’existe pas en France. C’est un cas de région représentée. Ce travail sur la presse permet également de constater l’ouverture d’une région, par exemple la Sicile qui, hormis pour évoquer Palerme ou l’Etna, est très peu couverte médiatiquement, on y tourne que si l’actualité y contraint, ou pour évoquer des clichés. Ces magazines régionaux, participent à construire un imaginaire et des représentations sur les territoires filmés.

La dernière présentation de Sébastien Llaurens portait sur la représentation de la guerre d’Algérie dans des bandes-dessinées. Aujourd’hui, la BD est aujourd’hui est reconnue comme un véritable genre littéraire à part entière. Une des premières sur la guerre d’Algérie est Carnets d’Orients, de Jacques Ferrandez, dont le premier album a été publié en 1987. Mais c’est après la parution de la célèbre BD Maus, publiée au début des années 1990, que la production de bandes-dessinées plus dramatiques, comme médiateur de mémoires, explose. Dans Maus, l’auteur raconte la Shoah vue par les yeux de son père qui en était un rescapé. Sur l’Algérie, deux BD reprennent ce format, premièrement Petit-fils d’Algérie, qui raconte l’histoire d’un jeune homme qui cherche les traces de son grand-père pied-noir. Le dessinateur a utilisé de véritables photographies d’époque des paysages urbains de l’Algérie pour ses dessins, qu’il a comparées au paysage actuel qu’il a également dessiné pour montrer l’évolution des lieux dans un souci de réalisme de l’auteur. Une autre bande-dessinée est Dans l’ombre de Charonne, qui illustre le récit d’une témoin de la manifestation du métro Charonne du 8 février 1962. A l’origine cette manifestation des forces de gauches, sous l’impulsion du parti communiste français, était organisée pour s’opposer aux attentats de l’OAS, dans le contexte des dernières violences terroristes de la fin de la guerre d’Algérie. Cette manifestation a été interdite par le préfet Papon et à été fortement réprimée, huit personnes étant décédées suite à cette répression. L’auteur est allé jusqu’à reproduire à l’identique des unes de journaux. Ces deux BD sont de très bons exemples du rôle de médiatrice des mémoires que peut avoir la bande-dessinée.

A ces premières interventions ont suivi une série de « confrontations » entre chercheurs autour d’une même image, chacun identifiant et explicitant différents éléments suivant sa spécialité. Ce format a été coordonné par Laurence Americi, qui a participé à une des confrontations, et par Delphine Cavallo. Il y eu 8 confrontations qui ont pu impliquer aussi bien des doctorants de TELEMMe que le directeur du laboratoire, Xavier Daumalin. La dernière a fait particulièrement sensation, entre Pierre Pinchon et Marielle Magliozzi du musée Granet. Cette confrontation avait une mise en scène sur un ton humoristique et prétextait d’une demande de prêt de la toile Jupiter et Thétys de Dominique Ingres. Autour d’une fausse discussion sur les modalités du prêt les deux orateurs ont explicité l’iconographie, presque sexuelle malgré des codes plutôt classiques, de cette toile, pièce maîtresse du musée Granet.

Dans un deuxième temps de la conférence, le Musée Granet et Pierre Pinchon, maître de conférences en histoire de l’art, ont coordonné trois circuits de visites suivant les collections du musée. Le premier parcours présentait les pièces principales permanentes du musée Granet. Le deuxième présentait une série de photographies d’Aix-en-Provence, réalisée par Henry Callahan entre 1957 et 1958. Le dernier parcours portait sur des représentations de la Sainte-Victoire à partir des travaux de Cézanne et de ceux qu’il a inspirés pour représenter cette montagne, comme Pablo Picasso.

Prosper Grésy (1801-1874), La Montagne Sainte-Victoire et le hameau des Bonfillons, vers 1840

La journée s’est terminée par un hommage rendu à Michel Vovelle, décédé l’an dernier, par des chercheurs qui l’ont connu personnellement. Cet hommage a commencé par la projection d’un film où Michel Vovelle parle des sources et méthodes employées dans ses travaux sur la mort et sur ses représentations. Ce film se termine d’ailleurs par une réflexion de Vovelle sur l’intérêt d’étudier de nouvelles images comme la bande-dessinée, le cinéma, voire les jeux-vidéos, faisant écho aux présentations du matin. A la suite de cette projections ont suivi plusieurs allocutions de chercheurs ayant bien connu Michel Vovelle, dont certains furent ses doctorants: Bernard Cousin, Philippe Joutard, Régis Bertrand, ou encore Annie Duprat.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search