Séminaire MonuMed#6

Aménagement et commodification

Le vendredi 14 juin 2019, au MUCEM à Marseille.

Cette séance a commencé par une introduction d’Angelo Bertoni, architecte et historien de l’urbanisme. La séance est liée à la question de la marchandisation de l’espace public, une question plutôt récente. Ce qui se remarque autour du MUCEM, lieux de la conférence, dans le quartier de la Jolliette, récemment rénovés en parallèle de privatisations d’espaces publics. L’intérêt économique est clairement recherché, ces rénovations sont destinées à un certain public, de classes plutôt aisées, excluant implicitement les autres publics. L’espace est mis en scène comme une vitrine de la ville, on peut alors parler de “marketing urbain”. On voit dans cette logique les pouvoirs publics déléguer à des sociétés privées l’exploitation d’un patrimoine urbain, spécifiquement pour des raisons de “marketing”. Ce phénomène n’est pas propre à la ville de Marseille, mais à de nombreuses métropoles méditerranéennes.

Après cette courte présentation, Angelo Bertoni a laissé la parole à Mathilde Roman, historienne de l’art. Elle a présenté des travaux qu’elle a réalisé sur l’art publique à Tirana, capitale albanaise. Ses travaux sur cette ville ont commencé en 2008, avec un premier séjour en Albanie dans le but d’y écrire un article. Sa présentation était liée aux travaux de l’artiste invité au séminaire, Alban Hajdinaj. Mathilde Roman a évoqué un des projets d’Alban Hajdinaj, eye to eye qui a été exposé au centre Pompidou au début des années 2000. Cette exposition dans une galerie française correspond à une période de renouveau d’un intérêt en occident sur les productions issues de pays de l’Est, après la fin de la guerre froide. Les travaux sur Tirana ont démontré qu’il y avait une utilisation accrue de l’art public comme levier politique. Notamment en raison d’Edi Rama, maire de Tirana de 2000 à 2001, et actuel premier-ministre de l’Albanie. Edi Rama était avant son engagement politique un artiste peintre et professeur d’art plastique, il a donc un intérêt particulier pour les questions artistiques. Un de ses premiers geste a été de faire repeindre les façades des immeubles de différentes couleurs ou motifs, il a d’ailleurs invité des artistes du monde entier pour réaliser ces façades. Mathilde Roman a d’ailleurs précisé que dans les études de l’art, Tirana est aujourd’hui associé à ces façades colorées. Ces rénovations de façades ont permis de faire parler de Tirana et d’y développer le tourisme, ville alors peu connue du fait de l’enclavement de l’Albanie pendant la guerre froide. Pour l’historienne de l’art, au delà de l’embellissement de la ville, ce cas montre comment l’espace public est instrumentalisé à des fins politiques, de manière autoritaire, puisque les habitants de Tirana n’ont pas été consultés. Edi Rama a tiré un très fort crédit politique de son mandat de maire.

exemple de bâtiment a la façade repeinte

Mathilde Roman poursuit en expliquant que l’art est très contrôlé en Albanie et l’art contemporain, peu soutenu par le pouvoir conservateur, y fait office de moyen de résistance. Elle a cité en exemple une exposition réalisé en 2008 dans un parking sous-terrain, presque l’opposé des façades colorées de Tirana, en terme de visibilité. Cette exposition concernait une enquête photographique sur les monuments de Tirana, principalement ceux de l’époque communiste retirés petit à petit. L’enquête voulait questionner la place de cette mémoire dans la société albanaise actuelle, en mettant aussi l’accent sur la destruction de nombreux bâtiments, pas seulement les monuments. Pour l’historienne de l’art, cette exposition était révélatrice d’une volonté des pouvoirs publics de tourner vite la page du communisme et cela passe aussi par l’urbanisme.

Pour illustrer ces propos a été projeté un court-métrage réalisé par l’artiste albanais Alban Hajdinaj qui présente notamment les façades colorés de Tirana. Le film se passe depuis la vue d’une fenêtre d’immeuble d’où on distingue les façades des différentes couleurs. L’artiste a expliqué vouloir transmettre le point de vue des habitants de Tirana, contrairement aux images publicitaires panoramiques qui transmettraient une image différente de la ville. Alban Hajdinaj voulait aussi montrer ce qu’il y a derrière ces façades, c’est-à-dire souvent des appartements vétuste. Le décalage entre l’apparence extérieur et la réalité des immeubles est pour l’artiste digne fiction, il a tenté de reproduire cette impression dans son court-métrage. La municipalité avait présenté ces rénovations de façades comme des moyens de redonner vie à des quartiers et d’embellir la ville. L’artiste interprète ce discours comme de la propagande aux intérêts de la municipalité car les quartiers restent pauvres et délabrés, il n’y a qu’une impression d’embellissement.

Alban Hajdinaj a ensuite présenté d’autres travaux qu’il a réalisé, certains n’ont pas encore été exposés. Le premier Old books New stories. Ce sont des collages de photos de monuments issues de livres de l’époque communiste avec des photos de monuments construits depuis la fin de la guerre froide. Les monuments de deux régimes assez différents présentent cependant des similarités malgré des sujets différents. Notamment une statue de George Bush, président des Etats-Unis de 2001 à 2009, qui ressemble étrangement à une ancienne statue de Staline dans la posture. Pour l’artiste, cela illustre le fait que les politiques et idéologies changent, mais les pratiques du pouvoir restent les mêmes. Il a également cité un buste d’Hillary Clinton ressemblant à un ancien buste de Mao. Si Alban Hajdinaj a choisi des photos issues de vieux livres c’est pour se distancer de la réalité et considérer ces monuments seulement sur leurs aspects.

Capture d’écran du projet eye to eye de Alban Hajdinaj

Un autre de ses travaux qu’il a projeté est autour d’une statue du président américain Wilson. Sa statue érigée à la fin des années 1990 était en hommage à ce président qui avait soutenu la création d’un Etat albanais indépendant à la fin de la première guerre mondiale. L’artiste a précisé que de nombreuses personnalités de l’ouest sont représentés en Albanie. Il a mis cette statue du président Wilson en relation avec une de Mick Jagger, le chanteur des Rolling Stones. Enfin Alban Hajdinaj a présenté un dernier projet qui n’est pas terminé. Le point de départ est une carte postale du musée d’histoire de Tirana construit en 1980. On voit sur la façade du bâtiment une grande mosaïque. L’artiste l’a présenté comme un des monuments les plus important pour les albanais. L’architecture du musé est dans un style plutôt courant des pays socialistes. Aujourd’hui la mosaïque est en mauvais état et se décompose petit à petit. L’artiste a pris une série de photos de trous qu’il y a désormais. Ce qui est intéressant est que le bâtiment a été restauré, mais pas la mosaïque du fait du manque d’artisans ayant les compétences nécessaires. De plus l’artiste a récupéré plusieurs morceaux de la mosaïque qu’il compte exposer avec ses photos.



Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 14 juin). Séminaire MonuMed#6. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sknn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search