Séminaire “historiciser la transition environnementale”

Mémoire des désastres industriels

Le séminaire “Historiciser la transition environnementale”, du programme TRANSENVIR (ANR, 2016-2019), organisé à la MSH de Lyon par le LAHRA et coordonné par Stéphane Frioux, consacrait sa dernière séance de l’année 2018-2019 à la mémoire des désastres industriels environnementaux. Ce thème était en rapport avec le 40ème anniversaire de la catastrophe de l’usine Givaudan de Lyon. Ce séminaire avait pour toile de fond de ses séances l’émergence d’une historiographie de la transition environnementale, en parallèle d’un recul d’études plus classiques sur le monde ouvrier. Les questions environnementales deviennent petit à petit un prisme par lequel on appréhende le monde ouvrier, aussi bien sur la question du poids environnemental sur l’industrie, que sur les mouvements sociaux qui peuvent être étudiés par le biais écologique. On peut citer l’ouvrage de Marion Fontaine, Fin du monde ouvrier, Crévin 1974 (EHESS, 2014). Dans cet ouvrage l’auteure part de cas de désastres industriels pour montrer le recul de la société ouvrière dans les représentations de la société. Un autre objectif de l’histoire environnementale est de questionner les crises industrielles chroniques ou cycliques et leurs conséquences dans les représentations sociales, influencés par un traitement médiatique particulier de ces crises. Ce traitement médiatique particulier qui ne reprend pas les codes du traitement des crises sociales, politiques ou économiques, est également un objet de ce champ d’étude. L’objectif de cette séance était de présenter ces questions dans une logique comparative entre la France et l’Italie.

La première intervention était de Bruno Ziglioli, professeur à l’université de Pavie, pour évoquer plusieurs catastrophe industrielles en Italie. Il définit d’abord la catastrophe industrielle comme un dommage sur la santé des populations et la faune et la flore suite à un accident industriel. Ces catastrophes sont souvent à la base soit de changements profonds dans la société soit au contraire d’une certaine résilience. Pour illustrer cette position il prit plusieurs exemples. D’abord, la catastrophe de Seveso en 1976 en Lombardie. A Seveso, l’entreprise Givaudan avait une usine chimique qui produisait notamment des herbicides et des désinfectants. Le 10 juillet 1976, une fuite se produit et pendant une vingtaine de minutes, un nuage hautement toxique s’échappe de l’usine et se repend autour de l’usine surtout dans la cité ouvrière adossée à l’usine, jusqu’à ce qu’un ouvrier d’astreinte arrive à couper la fuite. La mairie et la police sont immédiatement informés, mais aucune décision d’évacuation n’est prise, puisque la fuite a été colmaté, le lendemain les travailleurs retournent à l’usine. Seul le secteur où s’est produit la fuite est fermé. Sauf que suite à la fuite on remarque que les animaux d’élevage et les végétaux meurent en très grand nombre et les habitants des villes touchés remarquent des brûlures sur leur peaux ainsi que des irruptions cutanées généralisées chez quasiment tous les habitants. L’entreprise avait gardé un silence calculé sur la dangerosité du nuage et voulait d’abord savoir s’il y allait avoir des conséquences avant de prendre des décisions. C’est suite à l’intervention d’un contrôleur public que la population est informée et 736 personnes sont évacuées sur les 32000 qui comptait la ville. L’accident de Seveso a posé tout un ensemble de problèmes sociaux, économiques, politiques, juridiques et évidement environnementaux. Suite au désastre, un fossé se creuse entre les habitants évacués et les autres. Les syndicats sont présentés comme responsable du désastre par manque de sérieux. Un fossé se creuse entre croyants et laïcs, en effet le gouvernement démocrate-chrétien, plutôt opposé à l’avortement, avait autorisé l’IVG seulement pour des raisons de santé, en partie suite à la catastrophe de Seveso. L’Eglise s’est indignée de cette décision qui a provoqué un grand débat public sur la question de l’avortement. Les 35 femmes de Seveso qui ont avorté ont subi tellement de pressions qu’elles ont dû quitter la région. Un autre fossé existe entre les riverains qui ont accepté une compensation de Givaudan et ceux qui l’ont refusé, accusant l’entreprise d’acheter le silences des victimes. Bruno Ziglioli en enquêtant à Seveso près de 30 ans plus tard a remarqué que les habitants cherchent plus à dissimuler cet épisode et la mémoire est reléguée au domaine privée. Il explique ceci par une volonté de changer la mauvaise image de la ville, aujourd’hui le terme Seveso est devenu un critère européen pour mesurer les désastres industriels. On peut alors parler d’établissement classés Seveso (1 à 3) suivant la dangerosité. Le cas de Seveso se distingue du cas de la ville de Casale Montferrato dans le Piemont, où le syndicat majoritaire a poussé l’usine locale en 1986 à mettre fin à la production d’amiante tout en obtenant des promesses de réemploi. Cette ville est restée une référence dans les découvertes sur la dangerosité de l’amiante. Cet événement est aujourd’hui revendiqué dans la mémoire de la ville et est même présent dans l’art urbain, ce qui montre une autre distinction avec Seveso. Casale Montferrato est sortie de l’amiante en regardant son histoire en face selon Ziglioli, contrairement aux habitants de Seveso qui auraient cherché à passer sous silence l’accident.

Bois des Chênes à Seveso construit sur le site le plus contaminé. Aujourd’hui il n’y a qu’une plaque dans ce bois rappelant l’accident. (Crédit photo : Massimiliano Mariani)

La deuxième intervention, de Christelle Gramaglia, évoqua non pas une crise exceptionnelle mais une situation de dangerosité environnementale permanente dans les cas de Fos-sur-Mer et de Port-Saint-Louis-du-Rhône. A elles deux, ces villes comptent 25000 habitants. Christelle Gramaglia s’intéresse notamment aux pratiques quotidiennes de ces villes entourées d’usines très polluantes. En 1969, ouvre la première raffinerie sur l’étang de Berre. Aujourd’hui on recense 12 usines classées Seveso 1. Christelle Gramaglia évoque un “désastre chronique normal”, pour montrer à quel point la dangerosité est devenue omniprésente. Cette situation de danger permanent a des conséquences sur le tissu social et sur les pratiques de vie. Par exemple, de nombreuses femmes ont renoncé à allaiter leurs enfants. Pourtant, les habitants mettent en avant la qualité de la vie dans ces villes malgré la connaissance de la pollution. Les habitants de ces villes ont bien conscience des risques et développent spontanément des moyens de contourner les risques, des ethno-méthodologies comme les nomme la chercheuse. Pour ces recherches, Christelle Gramaglia a mobilisé des enquêtes de terrain et des entretiens oraux qu’elle a réalisés. Elle a d’abord remarqué que les habitants se sont sentis dépossédés de l’espace urbain et périphérique après le développement de la zone industrielle dans les années 1970, ce qui a profondément modifié les rapports interpersonnels à l’espace. Pourtant les habitants restent attachés à leurs villes, mettant en avant l’intérêt économique d’y vivre, le calme par rapport à Marseille, qui est juste à coté. Plus inattendus, certains défendent la possibilité de pêcher et de chasser à deux pas de chez eux, tout en étant conscients des dangers liés à la consommation de ces animaux. De la même manière, de nombreux habitants continuent de se baigner aux pieds des usines. C’est comme si les habitants, pour pouvoir vivre paisiblement, refusent de reconnaître les dangers. Les habitants, dont la plupart sont propriétaires revendiquent leur droit à continuer à vivre dans ces deux villes. Cas révélateur, de nombreux retraités reviennent à Fos pour profiter de leur retraite. De plus, certains n’ont pas les moyens d’abandonner une ville avec des impôts locaux très bas où la plupart des riverains sont propriétaires. Christelle Gramaglia a donc principalement remarqué des stratégies de contournement, efficaces ou non pour essayer de continuer à vivre au jour le jour malgré la dangerosité. Le mot d’ordre des différents témoignages est “on s’adapte, pas le choix”. C’est comme si les riverains étaient seuls face à la pollution.

La zone industrielle de Fos-sur-Mer à proximité des quartiers résidentiels

La quatrième intervention, de Elena Davigo, doctorante à l’université de Florence et spécialiste des mouvements ouvriers italiens, portait sur les questions de santé des travailleurs. Elle a évoqué les luttes syndicales amorcées dans les années 1970 en Italie pour l’amélioration des conditions de travail et pour de meilleures conditions sanitaires dans les usines. L’ambition de ces mouvements étaient de pouvoir préserver la santé des ouvriers au sein même des lieux de travail. En 1970 est obtenu un statut des travailleurs, les ouvriers eurent notamment le droit de décider du médecin qu’ils voulaient consulter. Avant cette loi, les ouvriers devaient consulter un médecin choisi par leur employeur. Mais, pour les syndicats, la grande conquête date de 1978 avec une réforme du régime d’assurance. L’Italie passe d’un régime privé basé sur des mutuelles à un régime de sécurité sociale universelle sous le nom de Servizio Sanitario Nazionale (service sanitaire national). Ces mesures ont été votées sous la présidence du conseil du démocrate-chrétien Giulio Andreotti, son gouvernement ayant associé le parti communiste italien au pouvoir. Cette mesure de sécurité sociale était une revendication ancienne du PCI et permettait de cimenter le rapprochement des deux partis qui dominaient la politique italienne de cette période. Cette reforme était présentée comme une mesure pour l’égalité d’accès aux soins et a permis à de nombreux Italiens aux revenus modestes de pouvoir mieux se soigner. La démarche d’Elena Davigo consistait en la réalisation d’une série d’entretiens d’acteurs des mobilisations pour la sécurité sociale. Elle a fait le choix d’une approche qualitative et a réalisé plusieurs entretiens entre 2015 et 2017 auprès d’ouvriers, de syndicalistes ou de médecins. Au cours de son enquête, elle a remarqué un changement dans les mobilisations à la fin des années 1970, avec notamment un recul significatif des syndicats. Comme si cette lutte pour la couverture sociale était leur dernier fait d’arme. Dans son allocution, la chercheuse a expliqué que la plupart des témoignages d’ouvriers mettaient l’accent sur les conditions sanitaires très sommaires que les ouvriers devaient subir auparavant ainsi que sur les maigres gestions et traitement des déchets industriels provoquant plusieurs maladies chroniques au sein du monde ouvrier. Là où la première intervention a mis l’accent sur des catastrophes exceptionnelles, celle-ci évoquait des catastrophes sanitaires plus “permanentes” selon la chercheuse. A noter que la lutte pour la sécurité sociale était présentée comme une lutte pour l’emploi industriel également, et pas seulement pour des questions sanitaires. Dans cette logique, de nombreux syndicalistes refusèrent que leur engagement soit qualifié d’écologiste, notamment car les syndicalistes voyaient les militants écologistes comme anti-industrie et donc contre l’emploi ouvrier. Même si, pour Elena Davigo, les syndicats ont mené dans leur lutte pour la protection sociale un combat écologiste de fait.

La dernière allocution fut celle de l’historien Vincent Porel pour évoquer la catastrophe de l’usine Givaudan de Lyon du 29 juin 1979. L’historien s’est demandé si cet accident, peu connu, n’était pas le témoignage d’une mémoire empêchée. Pourquoi cette catastrophe n’a-t-elle pas marqué la mémoire collective? Pourquoi se limite-t-elle aux mémoires familiales ou personnelles? Cet accident est vu comme un accident parmi d’autre sans réelle spécificité. L’usine n’existe plus aujourd’hui, ce qui accentue la difficulté pour cette mémoire de se fixer. Le 29 juin 1979 au matin une des chaudières explose à cause d’un bouchon mal refermé. L’ouvrier qui devait se charger du contrôle n’était pas présent: il était aller boire un café avec un collègue de l’usine qu’il n’avait pas vu depuis longtemps, même s’ils travaillaient au même endroit. L’explosion au sein de l’usine chimique fait un mort et un blessé grave, le toit de l’usine a été détruit et la chaudière que l’usine Givaudan partageait avec l’usine voisine est également détruite. La particularité de l’usine de parfum Givaudan de Lyon est d’être située en plein centre ville, dans un quartier ouvrier densément peuplé du 8e arrondissement lyonnais. Cette usine en centre ville était presque un vestige de la période industrielle lyonnaise, qui en 1979 n’est plus perçue positivement dans la société. L’opinion publique commence à refuser la présence d’usines en ville et cette explosion a influencé les représentations de l’industrie dans l’opinion publique. L’industrie est surtout vue comme dangereuse et polluante à la fin des années 1970. Cette vision d’une industrie dangereuse a surtout émergée avec l’accident de l’usine de Feyzin en 1966 dans la banlieue lyonnaise. D’ailleurs cet accident est plus connu que celui de 1979 et reste la référence pour parler des désastres industriels régionaux, faisant de Feyzin une véritable catastrophe et de Givaudan un simple accident. De plus, les habitants de Feyzin et les employés de l’usine ont participé à une lutte en justice commune qui a permis de structurer la mémoire. Chose absente dans le cas de Givaudan. Suite à l’explosion du 29 juin 1979 émerge d’une part un discours écologiste des riverains contre la présence même de l’usine dans leur quartier, d’autre part les ouvriers et syndicats pour la défense de leur emploi, eux-mêmes divisés entre différents syndicats plus ou moins radicaux. Le mot d’ordre des syndicats est “l’emploi et la sécurité”. Cependant, les ouvriers sont divisés sur le sujet, ce qui a empêché le développement d’une mémoire ouvrière collective. De nombreuses mobilisations des deux bords ont eu lieu, chacun déformant quelque peu la réalité pour servir ses intérêts. De ces multiples divisions, les différentes mémoires qui se sont construites sont très fragmentées, souvent individuelles. Enfin sous les pressions de l’entreprise, la préfecture et la mairie ont poussé à la réouverture de l’usine dès octobre 1979. Cette reprise rapide a ancré l’incident comme une non-événement.

Plan de l’usine Givaudan en 1891. A l’origine, l’usine était en périphérie de la ville avant d’être rattrapée par l’urbanisme.


Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 27 juin). Séminaire “historiciser la transition environnementale” Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sknp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search