Séminaire MonuMed#7

Commémoration 2

Le vendredi 28 juin, au MUCEM à Marseille.

Pour cette dernière séance du séminaire la première présentation était de l’artiste croate Igor Grubic, qui se qualifie lui même “d’artiste activiste”. Il a présenté plusieurs créations et performances qu’il a réalisé, principalement dans l’espace public. Premièrement il a présenté une création qu’il a réalisé en 1998 au Palais de Dioclétien. Ce palais est un vestige de l’époque romaine dans la ville de Split en Croatie, aujourd’hui inscrit au patrimoine de l’UNESCO. Grubic avait décidé de peindre une partie du parvis en rouge pour imiter une flaque de sang. Cette création était un hommage à une création similaire réalisé en 1968 sur le même parvis. En effet pendant les manifestations de 1968, qui avait eu un fort écho en Yougoslavie, des artistes avaient peint une flaque similaire pour dénoncer, à l’époque, l’administration titiste qui empêchait toute ouverture démocratique . En 1998 Igor Grubic repris le format de la performance de 1968, cette fois pour dénoncer les dérives du pouvoir ultra-conservateur croate qui pencherait vers l’autoritarisme et à son tour empêcherait l’expression d’opinions contraires. L’artiste n’avait pas les autorisations pour réaliser cette performance, il voulait précisément susciter des réactions, interpeller et même choquer. Le lieu choisi était aussi cohérent avec le message qu’il voulait transmettre. En effet, le Palais de Dioclétien est souvent mis en avant par les milieux nationaliste pour présenter la Croatie comme un pays catholique romain depuis l’antiquité, ce que l’artiste a voulu critiquer également. Cette performance a été vivement critiqué et a suscité un tollé médiatique sans qu’il puisse s’expliquer. La réaction était telle qu’il a fait l’objet d’une enquête très particulière, il était accusé de trahison et de terrorisme. L’enquête a été vite abandonnée et Grubic pense que c’était surtout une tentative d’intimidation des autorités. Le deuxième projet qu’il a présenté a été réalisé en 2008, encore une foi pour l’anniversaire des manifestations de 1968. Sa performance a consisté à accrocher à des statues des bandanas rouge pour dissimuler une partie du visage des statues comme on peut le voir dans certaines manifestations. Il a choisi des statues seulement pour leur visibilité dans l’espace public, sans réelle distinction sur ce qu’elles représentaient. Son argument était de dire qu’en 2008, les croates avaient tout autant de raisons de manifester qu’en 1968. Comme si la population acceptait des décisions du pouvoir en place qu’ils n’auraient jamais accepté pendant la période communiste.

Réalisation d’Igor Grubic au Palais de Dioclétien.

La deuxième présentation était de Sarah Sajn, doctorante en sciences-politiques au CHERPA. Le CHERPA est le centre de recherche de Sciences-Po Aix. Sarah Sajn travaille principalement sur les relations entre l’UE et la Bosnie-Herzégovine. Elle présenté une partie de ses travaux, principalement autour des cérémonies du centenaire de la Grande Guerre et de l’attentat de Sarajevo, considéré comme l’événement déclencheur de la guerre. Sarah Sajn a commencée par rappeler la situation politique de la Bosnie actuellement. Suite à la guerre de 1992 à 1995, les accords de paix de Dayton avaient abouti sur une division géographique et administrative des différentes populations à partir de critères etnico-religieux. Le conflit avait commencé par une intervention des forces Yougoslave serbes pour s’opposer d’une part à la sécession de la Bosnie de la fédération Yougoslave puis s’est transformé en une guerre d’épuration ethnique, où les forces yougoslaves et les milices serbes cherchaient à éliminer les populations non-Serbes des zones revendiquées comme Serbes. La paix est venu suite à une intervention internationale et s’est officialisée avec les accords de Dayton en 1995. Ces accords ont d’une certaine manière entérinées l’homogénéisation ethnique qu’a provoqué la guerre. Les accords ont crée dans le même Etat bosnien deux grandes entités, d’un coté la “Fédération croato-musulmane” où vivent les populations d’ascendance croates et les musulmans de Bosnie, cette entité est elle même divisée en de plus petits cantons. De l’autre coté il y a “La République des Serbes de Bosnie”. Ces deux entités sont autonomes, elles ont leurs propres parlement et codes législatifs qui font de la Bosnie-Herzégovine un des Etats les plus décentralisés. Pour éviter un regain des tensions, l’UE doit nommer un “Haut représentant International” ayant des pouvoirs politiques et législatifs pouvant passer outre les décisions des parlement, il est également le représentant de la Bosnie à l’international. Par ce Haut-représentant, l’UE est très présente dans les décisions politiques bosniennes et pilote de nombreuse réforme économique. La Bosnie-Herzégovine, à cause de la guerre a subit fortement le passage d’une économie dirigée à une économie de marché et la population s’est grandement appauvrie. Après ce long contexte, mais nécessaire pour comprendre la complexité de la situation bosnienne, Sarah Sajn a abordé le cas des commémorations de 2014 de l’attentat de Sarajevo et du début de la première guerre mondiale.

Campagne publicitaire pour le centenaire.

En amont des cérémonies de 2014 il y eu de longues préparations et négociations entre les ambassades françaises, anglaises, allemandes et autrichiennes et la municipalité de Sarajevo. La volonté était de faire de Sarajevo un centre mémorielle de la première guerre mondiale en Europe et ceux bien au delà de l’année 2014. Une campagne de communication a été lancée, avec le slogan “Sarajevo, Cœur de l’Europe”, traduite dans toute les langues officielles de l’UE. Pour pérenniser Sarajevo entant que centre mémoriel, en 2014 a été inauguré un musé de la Grande Guerre dans la rue même où l’Archiduc François Ferdinand a été assassiné par le militant serbes Gavrilo Princip. Ce bâtiment était l’équivalent de la préfecture de police pendant la domination de la Bosnie par l’empire Austro-Hongrois de 1878 jusqu’au démantèlement de l’empire en 1918. Après la guerre et jusqu’à la guerre des années 1990 où il a été quasiment détruit, le bâtiment était la bibliothèque municipale. Le batiment était resté en ruine jusqu’à la décision de le transformer en musée. Ce symbole permanent de la guerre civile été appelé à devenir un symbole de paix. Le bâtiment a été inauguré le 9 mai 2014, le lendemain de l’anniversaire d’une autre paix en Europe et le “Jour de l’Europe”. Le 28 juin 2014 le jour anniversaire de l’attentat de Sarajevo, une grande commémoration internationale s’y est tenu en présence de nombreux chefs d’Etats et de diplomates et l’orchestre philharmonique de Vienne s’y est produit. Pour la chercheuse cette cérémonie était surtout une opération de publicité plus qu’une véritable commémorations qui s’est limité au concert. Il n’était pas question d’une commémoration sur les ravages de la guerre mais plutôt d’une publicité du musée que des touristes pourront ensuite visiter.

Statue de Gavrilo Princip à Sarajevo

Enfin ce musée à fait ressortir au grand jour les tensions communautaires qui n’ont jamais disparues depuis la fin de la guerre. Pour des milieux nationalistes serbes, le lieu de l’assassinat de François Ferdinand est un haut lieu de l’histoire serbes et de son identité. Le musée est alors ressenti pour ces milieux comme une tentative d’effacement de l’histoire serbes. Ces milieux ont alors tout au long de l’année 2014 tenu des contre commémorations où ils estimaient honorer la vrai histoire qui ne rend pas les Serbes responsables de la guerre de 14-18. En effet les milieux nationalistes serbes estiment que les cérémonies officielles présentent Gavrilo Princip comme un terroriste qui a provoqué la guerre, alors que pour eux c’est un des plus grand héros serbes. A la cérémonie au musée de Sarajevo du 28 juin des dizaines de militants pro-serbes ont protesté en portant des masques à l’effigie de Princip. Des messes et commémorations ont mêmes étés tenues au pied de sa statue pour commémorer son action et sa mort presque en martyr. L’anticléricalisme virulent de Princip est bizarrement passé sous silence. Les pouvoirs politiques de la “République des serbes de Bosnie” ont même participé en concorde avec les associations mémorielles a tendance nationaliste à l’édification d’un grand centre mémoriel pro-serbes. Ces cérémonies de 2014, qui se pensaient pour la paix en Bosnie-Herzégovine et la réconciliation ont, au contraire montré que les ressentiments sont profonds et qu’il ne suffit pas que des chefs d’Etats étrangers souhaitent que la page soit tournée pour que les tensions disparaissent.

Division administrative de la Bosnie-Herzégovine dans les deux entités principales.

La vidéo de la séance est disponible ici.



Citer ce billet
Antoine Salama (2019, 28 juin). Séminaire MonuMed#7. Observatoire des relations euro-méditerranéennes. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sknq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search