L’environnement : un enjeu euro-méditerranéen ?

L’OREM organise sa première conférence annuelle en cette fin d’année 2019. Les propos de la conférence s’articulent autour de quatre sessions thématiques : l’éducation et les mobilisations sociales qui constituent le cœur de la première journée, suivis le lendemain par deux sessions respectivement consacrées à l’environnement et au patrimoine culturel. Ces deux journées sont précédées par une rencontre-débat organisée par les étudiants du M2 EEI P3 Recherche sur la question des migrations avec Catherine Withol de Wenden autour du thème de la migration en Méditerranée.

La session « Environnement » ouvre les débats de la dernière journée de conférence. Conformément à l’orientation donnée à l’OREM, cette session est marquée du sceau de l’interdisciplinarité.

Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, Stephane Friou inaugure la matinée avec une présentation intitulée  » L’ère des pollutions ? Une relecture environnementale de l’histoire occidentale contemporaine (XIX-XXe siècle) « . Dans un premier temps, il examine la notion même de « pollution » en interrogeant l’évolution du sens de ce terme au cours du XIXe siècle. Il met ainsi en exergue la forte relation qui se tisse entre le terme de « pollution » et le monde industriel tout au long du XIXe siècle. L’ association pollution/monde industriel est déterminée par le progrès technique comme la multiplication de l’usage du charbon ou encore de la chimie moderne. Ces tendances impactent tout particulièrement les zones urbaines alors en plein essor et au sein desquelles s’accroissent les préoccupations hygiénistes donnant lieu à des conflits entre les habitants des villes et les industries. La bataille contre la pollution émerge ainsi au tournant du XIXe et XXe siècle comme une des préoccupations majeures des politiques publiques. Stephane Frioux invoque à ce titre plusieurs exemples comme celui de la bataille contre la pollution de l’eau de l’Emscher dans la Ruhr (1900-1930). La problématique entre progrès technique/économique et problèmes environnementaux demeure jusqu’à nos jours. Stéphane Friou achève sa présentation en soulignant le rôle désormais joué par l’essor des moyens de communication (et en particulier le rôle des lanceurs d’alerte) dans la circulation de l’information et les formes de mobilisations.

Présentation de Stéphane Friou en visioconférence. Crédit : Benjamin Fève

La deuxième intervention de la matinée, à la fois historique et prospective, est présentée par Vincent Moron, membre du Centre européen de recherche et d’enseignement des géosciences de l’environnement et maître de conférences à Aix-Marseille Université. Intitulée « Réchauffement global et exemples d’impacts régionaux dans le bassin méditerranéen« , cette présentation permet de retracer les évolutions climatiques de ce dernier demi-siècle (comme la hausse de la température annuelle moyenne) tout en proposant des prévisions sur les effets de cette hausse dans la région méditerranéenne. Plusieurs scénarios se dessinent, allant d’un scénario considéré comme le pire avec une hausse moyenne de la température de 5 degrés si les pratiques actuelles restent inchangées, à un scénario ne considérant qu’une hausse de la température moyenne de 2/3 degrés si les objectifs fixés lors des accords de Paris de 2015 sont respectés. A travers l’exemple de l’augmentation du potentiel des jours favorables au feu de forêt, Vincent Moron démontre très clairement que la région méditerranéenne se trouve au centre des préoccupations en matière d’impacts du changement climatique. En conclusion, il rappelle à juste titre que l’homme est l’acteur central du changement climatique invitant chacun à en prendre conscience.

S’inscrivant également dans la perspective d’analyse des responsabilités humaines et sociales en matière de protection l’ environnement, la troisième présentation porte sur « Le statut de protection de la Méditerranée et le rôle des Aires Marines Protégées dans la conciliation entre protection de la biodiversité et exploitation des ressources marines« . Membre du Laboratoire Population Environnement Développement, Ibrahim Boubekri revient sur les observations et les conclusions de sa thèse récemment soutenue sur les Aires Marines Protégées (AMP) en Méditerranée. Après une description des défis que doit affronter la biodiversité marine méditerranéenne tels que le commerce maritime international dont 1/3 passe par la Méditerranée, Ibrahim Boubekri inscrit les AMP dans les plans de gestion durable fixés à Rio en 1992. Les 27 années qui sont passées depuis lui permettent de dresser un portrait de l’état général des AMP en Méditerranée. Il montre ainsi que ces dernières représentent 6,82% de la surface totale, contre un objectif fixé à 10%. Il en décrit les réglementations et les usages mais, il met surtout en avant l’asymétrie qui existe entre les eaux de l’UE (90,5% de la surface totale des AMP de Méditerranée) et les eaux des pays non-membres questionnant implicitement la nécessité d’une gestion commune de l’espace marin méditerranéen. Enfin, Ibrahim Boubekri termine sa présentation par un bilan de la mise en place de ces AMP en exposant les opportunités qu’elles offrent (tourisme, pêcheurs adhérents…) et les limites (tourisme de masse, manque de temps).

Présentation de Ibrahim Boubekri. Crédit : Benjamin Fève

Ces réglementations environnementales ne sont pas sans provoquer des tensions. C’est à la compréhension de ces conflits liés aux enjeux environnementaux qu’Anne Cadoret s’attache en évoquant « Les enjeux environnementaux : des conflits à la création de conditions d’acceptabilité sociale« . Cette présentation est l’occasion de brosser un tableau des différentes composantes des conflits liés aux enjeux environnementaux dans notre monde contemporain. En partant des origines avec la prise en compte de l’impact des activités humaines sur l’environnement et les réponses apportées par la communauté internationale (accords internationaux, associations internationales comme WWF ou encore la création de nouveaux acteurs comme les aires protégées), Anne Cadoret interroge les différentes conflictualités qui en découlent. Au cœur de son analyse, la notion d’acceptabilité sociale. Cette notion permet de saisir les dynamiques territoriales à l’oeuvre quand un nouveau projet, de nouveaux dispositifs ou de nouvelles mesures environnementales sont mises en place. En effet, le territoire devient le théâtre d’opposition entre enjeux économiques et enjeux environnementaux (comme la mise en place d’une Aire Marine Protégée avec des Zones de Non-Prélèvement ce qui n’est pas sans impacter plusieurs activités dont celle de pêche en première ligne) et entre enjeux globaux et enjeux locaux. Ces conflits peuvent être positifs (effet sociabilisant car besoin de communiquer, générateurs d’innovations pour mieux gérer le territoire) et/ou négatifs (source de blocage ou de ruptures de relations sociales). De cette façon, l’échelle globale (réchauffement climatique, perte de biodiversité) est reliée à l’échelle locale (enjeux de recomposition du territoire, de son économie et de ses formes de sociabilité). La question de leur cohabitation étant au centre de la présentation d’Anne Cadoret.

Présentation de Anne Cadoret. Crédit : Benjamin Fève

C’est avec une problématique qui est devenue un des symboles des conflictualités liées aux enjeux environnementaux que ce cycle de conférence continue. En effet, Pierre Fournier, directeur du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, propose une présentation sur le nucléaire intitulée  » Construire l’indifférence au nucléaire : l’exemple d’une invention d’une métrologie politique des déchets radioactifs ». A travers le sujet du nucléaire et du recyclage de ses déchets, il offre une présentation des différents types de luttes qui en découlent. Mobilisant plusieurs cas d’études, Pierre Fournier oppose l’Italie et l’Allemagne à la France et au Royaume-Unie dans le rapport qu’entretient la population avec le sujet du nucléaire et dans leur gestion respective du sujet nucléaire comme sujet public. En effet, les mouvements de lutte contre le nucléaire sont plus importants dans les pays ne possédant pas l’arme nucléaire comme l’Italie et l’Allemagne que dans les pays la possédant comme la France ou le Royaume-Unie. Ces cas d’études permettent ainsi de poser le concept de l’Indifférence, mouvement de recherche en sociologie des sciences qui se base sur la « production de l’ignorance ». Pierre Fournier en analysant les différents processus de l’Etat français pour minimiser le risque nucléaire (création de différentes catégories de dangerosité des déchets nucléaires) met en lumière l’opacité et la confusion qui peut régner autour d’un sujet aussi sensible que le nucléaire, quand bien même ce dernier mobilise une large part de l’opinion publique dans d’autres pays frontaliers. La maxime « Produire de l’ignorance et fabriquer de l’indifférence » est au centre de ses analyses.

Stephane Cartier, sociologue au CNRS et membre de l’équipe Environnements de PACTE, s’intéresse au Liban, pays où la question environnementale fait souvent l’actualité avec entre autres la problématique de la crise des déchets dans un contexte de corruption. L’historique de la crise des déchets est illustrée par de nombreuses photos prises sur place. Le lien entre cette crise environnementale et la corruption de la classe politique se traduit dans les faits par les manifestations de 2016 aux cris évocateurs de « Vous puez » ou « Tous pourris ». De fait, Stephane Cartier nous démontre qu’une crise environnementale peut être l’élément déclencheur de mobilisations sociales aux revendications plus larges.

Pour clôturer cette session consacrée aux enjeux environnementaux dans l’espace euro-méditerranéen, Ahlem Yahyaoui évoque  » La lagune de Bizerte : impacts des conflits environnementaux sur les actions publiques et les structures institutionnelles« . Les enjeux de pollution, d’industrialisation et de concentration touristique de la Lagune de Bizerte sont reliés aux problématiques de même nature qu’affrontent d’autres lagunes méditerranéennes comme celle de Venise ou l’étang de Berre. Après une présentation géographique, géologique et, des activités économiques liées à la lagune, Alhem Yahyaoui expose les pressions que subit cet écosystème et les conséquences sur les activités et la vie locale. Conséquences qui débouchent sur des situations conflictuelles mettant aux prises des acteurs locaux (pêcheurs, agriculteurs, industriels..), nationaux (ministères, agences, instituts..) et internationaux. On retrouve ainsi l’analyse des conflits d’usage d’un territoire à la lumière de la problématique environnementale et, l’enjeu que représentent ces conflits dans la gestion intégrée d’un espace si particulier.

Cette session « Environnement » de la première conférence annuelle de l’OREM permet donc d’avoir une vue d’ensemble et complémentaire au niveau des approches disciplinaires, des défis qui s’imposent aux sociétés civiles des pays riverains de la Méditerranéen. De la rive nord à la rive sud en passant par le bassin oriental, les questions environnementales prennent de plus en plus d’ampleur, révélant des enjeux politiques, économiques et sociaux qui traversent en profondeur les sociétés euro-méditerranéens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search